La rubrique de Maurice Buttin

Palestine Page d'accueil Nouveautés Contact

Maître Maurice BUTTIN a été longtemps Président du Comité France-Palestine.
Il est cofondateur du Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient
qu'il préside aujourd'hui.


La femme palestinienne

Les jeunes musulmans des banlieues

Palestine et laïcité

Palestine et Etat islamique

L’éducation en Palestine

Les fedayins palestiniens musulmans face à la mort

Qui connaît Maryam, la petite sainte palestinienne ?

Les banlieues et le conflit israélo-palestinien

La famille palestinienne

Les palestiniens et la liberté de conscience

Un peuple en souffrance

Faire la vérité sur Gaza

La réconciliation historique Fatah - Hamas

La rue arabe a bougé

Le printemps arabe et le conflit israélo-palestinien
Colloque organisé au Sénat par le CVPR-PO
Palais du Luxembourg, le samedi 19 novembre 2011, de 9 h à 18 h.


L'instrumentalisation des religions dans le conflit israélo-palestinien
Actes du colloque organisé au Sénat par le CVPR-PO

15 Mai 1948 - 15 mai 2010 :
la NAKBA, 62 ans déjà !


Attention pélerinages !

Le rapport Goldstone

Le séjour politique de Benoît XVI en Terre-Sainte

Chrétiens et musulmans au coude à coude

Retour de Palestine

Mahmoud Darwich n'est plus

La Femme Palestinienne

Avec les hommes, en Palestine, la femme lutte contre un peuple qui les colonise. A l’intérieur de la Palestine il lui faut arracher sa liberté à l’autoritarisme masculin !



L’héroïsme des femmes résistantes

Dans la présente situation que vit le peuple palestinien occupé depuis bientôt cinquante ans, il convient en premier lieu de saluer le courage de la femme palestinienne.

Comme l’écrivait récemment notre ami Ziad Medoukh – professeur de français à l’université Al-Qods de Gaza - : « Les femmes en Palestine sacrifient plus que les hommes, car elles ont deux missions : résister contre l’occupation d’une part et préparer le futur de leurs enfants qui souffrent de l’occupation et de ses mesures contre toute la société civile (...). Elle est la mère du martyr ; elle est la femme qui soigne les blessés ; elle est la grand-mère des enfants désespérés. (...) Les femmes en Palestine sont notre identité. Elles sont notre passé. Elles sont notre présent. Et elles sont notre avenir ».

Nul ne peut l’oublier. Dès le début du XXème siècle, les femmes palestiniennes ont participé à la lutte contre l’empire britannique. Depuis les premiers jours de l’occupation en 1987, lors de la première Intifada, voire depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, elles s‘opposent à l’occupation israélienne. Des dizaines d’entre elles sont tombées tuées pour l’honneur de leur patrie ; des centaines ont été blessées ; des centaines ont été ou sont encore détenues dans les prisons israéliennes.

De Leïla Khaled, connue comme la première femme « terroriste » à avoir détourné un avion de ligne en 1969, à Hanan Ashrawi, universitaire et première femme élue au Conseil législatif palestinien, la femme palestinienne fait partie de l’apparat d’une lutte de plus de cinquante ans. Dans le cadre des célébrations de la journée de la femme, le 8 mars 2016, la télévision officielle palestinienne a salué l’héroïsme des femmes résistantes, « source de fierté » pour le peuple palestinien.

Notons le d’ailleurs : depuis des années aussi un très grand effort a été fait pour l’éducation dans les Universités.

Mais, hélas, comme dans tant de pays arabes – mais aussi dans tant de pays occidentaux, y compris dans notre doulce France – la femme palestinienne, outre les discriminations instaurées par l’occupant, sa vulnérabilité face à la soldatesque israélienne, subit une autre oppression, rarement évoquée, une autre violence, venant de la société palestinienne elle-même. Les lois sexistes ne manquent pas, les traditions patriarcales, le harcèlement, les violences conjugales, les archaïsmes religieux. « Les deux dynamiques s’entretiennent pour créer des formes d’oppression complexes mêlant patriarcat et colonialisme » écrit Nadera Shalhoub-Kevorkian, enseignante à l’Université hébraïque de Jérusalem.

les interdits du sexe, de la religion et de la politique

Depuis la deuxième Intifada, les choses ont d’ailleurs changé. Les femmes restent très minoritaires dans les manifestations et la plupart cachent leur visage autant pour se cacher des autorités palestiniennes que de celle de leurs parents. « Je ne veux pas que quelqu’un aille dire à mon frère qu’il m’a vue ici, sinon on va m ‘enfermer chez moi ». Un Palestinien de Bethléem nous racontait récemment que pour certains hommes en tendance islamiste « la femme palestinienne qui manifeste ne peut-être qu’une prostituée. Sa place est à la maison, à s’occuper de son ménage et des enfants » ! Une résistante d’une famille communiste témoigne : « Je participe à la lutte nationale, ce n’est pas une vie facile, car les gens ont toujours quelque chose à dire. A certains endroits, c’est parce qu’on porte un jean, à d’autres c’est parce qu’on veut aller jeter des pierres sur les soldats, et voile oblige ».

Comme l’écrivait Laurent Zecchini , dans sa « Lettre du Proche-Orient » « Femmes modèles de Palestine », parue dans Le Monde du 9 avril 2012, « Nisreen Awad, à l’antenne tous les matins sur Nissa-FM - la seule radio du Proche-Orient consacrée aux femmes -estime qu’il est possible de défier les « règles fixées par les hommes  », mais elle connaît ses limites : pas question de bousculer les interdits du sexe, de la religion et de la politique, juste de les tutoyer.(...) Elle peine à convaincre ses auditrices de s’exprimer en s’affranchissant de l’autorisation de leur mari ».

Les interdits traditionnels, souvent issus d’une application stricte de l’Islam coranique, demeurent : courir le risque d’être tuée si on est soupçonnée d’avoir « enfreint l’honneur de la famille ». Ne pas avoir le droit de se marier sans le consentement du père, y compris après 18 ans. Hors des villes, les mariages forcés de jeunes filles restent fréquents. Le mariage reste d’ailleurs très souvent plus un accord entre deux familles que l’aboutissement d’une histoire d’amour entre deux personnes. Une fois mariée, il est très difficile pour une femme de divorcer sans le consentement de l’époux. Il a aussi le droit de polygamie.

Sur le plan professionnel, d’une manière générale, les femmes sont plus touchées par le chômage que les hommes, malgré un niveau d’études supérieur.

Le corps des femmes, ce qu’en fait la religion, « c’est le nœud gordien » déclarait le journaliste écrivain Kamel Daoud, le 26 septembre 2015, à l’occasion du Monde Festival, à l’Opéra Bastille. Si la religion s’en prend ainsi au corps des femmes, c’est qu’il lui est insupportable : « On veut la réduire, la tuer, car la femme est la preuve que le corps existe » souligne-t-il. « Une femme n’est pas coupable de son corps. C’est à l’homme, celui qui lui fait face, de changer ».

Misogynie et démocratie

Lors du même Festival, la journaliste et militante américano-égyptienne Mona Eltahawy s’exprimait, ainsi, s’attaquant à la misogynie et à l’obsession du contrôle du corps et de la sexualité des femmes dans les sociétés arabes : il s’agit de « déconstruire ce triangle de l’oppression que représentent l’Etat, la rue et la maison ». Celle-ci les hommes n’en sont pas seuls responsables. « Les mères élèvent leurs enfants pour qu’ils survivent dans un environnement misogyne ».

A Gaza, les islamistes du Hamas entendent développer une société plus islamique et ce qu’ils appellent une « vie publique plus moralisée ». Pas question de sortir avec un ami masculin comme on le désire. Obligation du voile. La femme doit demeurer constamment sous le pouvoir permanent des hommes. Etc.

Une société où sévissent les discriminations, qu’elles soient fondées sur la race la religion ou la sexualité, ou les citoyens, hommes et femmes, ne sont pas considérés comme étant fondamentalement égaux, ne peut prétendre être une vraie démocratie.

Soulignons-le en terminant, en Palestine comme ailleurs, médecins, écrivains, avocats, intellectuelles, militantes des droits de l’homme, luttent pour une forme de démocratie dans laquelle elles pourront jouer un rôle aussi important que les hommes. Elles se battent contre la violence à l’égard des femmes, sous toutes ses formes, d’où qu’elle vienne : de l’occupation ou de l’intérieur de la société.

Maurice Buttin, Président du CVPR PO

Les jeunes musulmans des banlieues

Le soutien de la France à la politique israélienne ne facilite pas l’accueil des musulmans, en particulier l’accueil des jeunes de banlieue.



Une jeunesse marquée par la résistance palestinienne.

Au lendemain de violences éclatées, lors de manifestations au soutien de la bande de Gaza, attaquée par l’armée israélienne, interdites par la Préfecture de police, le Premier ministre Manuel Valls dénonçait en juillet 2014 « l’importation du conflit israélo-palestinien sur le sol français ».

Comme le faisait alors remarquer Pascal Boniface, dans une interview à France 24 : « Ce conflit est importé depuis longtemps ». En fait, depuis la guerre des Six jours et l’occupation totale de la Palestine par Israël, en juin 1967.

Du côté des pro-Israéliens. Nul n’ignore, par exemple, le fameux dîner annuel du CRIF, auquel nul dirigeant de droite ou de gauche ne veut échapper. Là, le soutien à la politique israélienne est toujours à l’ordre du jour. A cela s’ajoute de nombreuses manifestations de solidarité organisées en France, au profit de l’Etat israélien, voire même de son armée. Cela va encore plus loin lorsque le 17 juin 2011, Manuel Valls, alors député maire d’Evry, déclarait dans un centre communautaire strasbourgeois : « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et Israël ! Quand même ! » Du côté, des pro Palestiniens. Le conflit israélo-palestinien prend une tournure éminemment inverse, en raison d’une importante population arabo-musulmane et de la position pro-israélienne précitée de trop de nos dirigeants.

La jeunesse musulmane est la plus perméable à la cause palestinienne à laquelle elle se joint volontiers. Pour elle, celle-ci est une affaire arrêtée. Le symbole de l’oppression d’un peuple musulman par un occupant israélien, ayant le soutien de l’Occident, des Etats-Unis en particulier.

Les images de la résistance palestinienne, lors de la première intifada, en 1987, où des enfants jetaient des pierres sur les soldats israéliens, l’a marquée. Plus encore, lors de la deuxième Intifada, fin septembre 2000, provoquée par la visite du chef du Likoud Ariel Sharon, protégé par des centaines de policiers et militaires, sur l’Esplanade des Mosquées et la résistance des jeunes Palestiniens cagoulés, candidats au martyr.

Une jeunesse trop souvent stigmatisée

Il faut dire que dans bien des cas, le vécu difficile de cette jeunesse, désabusée, trop souvent stigmatisée - les déclarations, fracassantes de Sarkozy, ministre de l’Intérieur - mal considérée, mal scolarisée, au chômage trop fréquent - 40 % parmi les moins de trente ans -, l’a fait s’identifier au peuple palestinien, frustré, méprisé, humilié quotidiennement par l’occupant israélien, ses soldats ou ses colons. Les terribles images montrées ici ou là, en particulier lors des bombardements israéliens de la dernière guerre à Gaza, l’été 2014, ont marqué les esprits. Cette guerre des images désignait facilement pour toute cette jeunesse qui était l’agresseur, qui était l’agressé, la victime.

L’approfondissement de la religiosité joue aussi un rôle important dans cette approche par la jeunesse française des banlieues du conflit israélo-palestinien. C’est la revendication d’une identité musulmane conquérante, résistante, relevant la tête, sauvant l’honneur des croyants. N’est-il pas significatif que l’on n’évoque plus guère, aujourd’hui, les « beurs » demeurant dans les banlieues, mais les « jeunes musulmans » ?

Il ne faut pas négliger l’influence d’un Islam, plus ou moins radical, prêché dans certaines mosquées, qui redonnent certes sens et dignité à chacun, mais qui, aussi, parfois, encourage à la haine d’autrui…

Une jeunesse tropée par les images télévisées

Il est dommage que l’impact des images télévisées ait fait basculer certain jeunes vers un amalgame insupportable, qui a fait dire à Malek Boutih dans le journal Marianne du 16/22 octobre 2000 : « Les jeunes ont un discours déstructuré. Ils glissent très vite de l’antisionisme à l’antisémitisme, d’Israël à Juifs ». Pour de nombreux observateurs, ces images constituent l’explication principale de ces dérapages. « Pour moi, c’est une identification dans un monde de l’image. Ces jeunes voient des affrontements très violents à la télé. Ils se sentent solidaires et, par amalgame, s’attaquent à des symboles juifs, à défaut de cibles israéliennes » déclare le réalisateur Mehdi Lallaloui.

Cela est d’autant plus regrettable que l’affrontement israélo-palestinien n’est ni religieux, ni ethnique, mais politique. Pas question d’une lutte entre les musulmans et les juifs ! Que d’autre part, le CRIF, dont j’ai fait état, est loin de représenter toute la communauté juive de France. Que bien des juifs - je pense aux amis de l’UJFP par exemple – sont à nos côtés dans le combat pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien, en particulier à son Etat, sur la base des frontières de 1967, ou « ligne verte », avec Jérusalem-Est comme capitale.

Quelques jeunes des banlieues - les Déterminés -, formés à l’entrepreneuriat par le Medef, ont rencontré le Président de la République, François Hollande, le 3 décembre dernier au Palais de l’Elysée. Ils ont partagé, nous a-t-on dit, leur point de vue sur la jeunesse et ses difficultés… Je ne sais s’ils ont aussi abordé le problème ici analysé. En conclusion, je dirai qu’il est évident, pour moi, que si notre pays se décidait enfin à reconnaître l’Etat de Palestine, comme déjà plus de 135 Etats l’ont fait, la problématique développée changerait du tout au tout – à la condition aussi, bien sûr, que des mesures adéquates soient prises pour que ces jeunes soient bien considérés comme des citoyens à part entière, et non de seconde zone.

Maurice Buttin, Président du CVPR PO

Palestine et laïcité



Quand la loi de 1905 fut promulguée, elle fut condamnée par le Pape. Récemment un accord passé entre le Saint-Siège et l’Etat d’Israël reconnaît la liberté religieuse et de conscience de manière élaborée et détaillée.

La laïcité française : une exception

J’entends rappeler, tout d’abord, après d’autres, que la « laïcité à la française » est une exception dans le monde, ce que trop de nos concitoyens ignorent.

Inscrite dans la Constitution, reprise de la Déclaration des droits de l’Homme de 1789, fondée sur la loi de la séparation des Eglises et de l’Etat de 1905, la « laïcité » est un des éléments fondamentaux de la démocratie dans notre pays, au côté du triptyque bien connu : « Liberté, Egalité, Fraternité » inscrit au fronton des établissements publics.

Mais, son aspect anticlérical, voire pour certains son refus de la religion est mal compris à l’étranger. Peut-on oublier qu’elle s’est construite dans notre pays en opposition à l’Eglise catholique ? De là, une confusion va naître chez certains entre « laïcité » et «  athéisme ». « Un certain nombre de gens ne font pas la différence. Or, la laïcité correspond seulement à la neutralité de l’Etat à l’égard de la religion ou du refus de la religion », comme le précise Jean Bauberot, chargé de la chaire Histoire et sociologie de la laïcité à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE).

Pour conclure ce rappel, j’ajouterai que je suis scandalisé de voir comment la droite et l’extrême droite (FN) instrumentalisent aujourd’hui la « laïcité ». En réalité, ils en font une arme de guerre contre les musulmans chez nous. Jean Bauberot a d’ailleurs fait paraître à ce sujet un ouvrage en 2014 : « La laïcité falsifiée ».

Les deux points essentiels de la laïcité – voire du régime démocratique - sont pour moi la « liberté de religion » et, avant même, la « liberté de conscience ».

La liberté de religion est reconnue dans la majorité des Etats arabes – sauf entre autres, l’Arabie saoudite, ce « grand ami » des dirigeants occidentaux, pétrole et lutte conte l’Iran obligent…

La liberté de conscience, non. Mais, point très important à relever : elle a été proclamée, voici peu, dans la nouvelle Constitution tunisienne, avec l’accord tacite du parti islamiste Ennahda.

L’OLP est né dans un contexte de laïcité

Qu’en est-il en Palestine ?

L’OLP, le Mouvement de libération de la Palestine, regroupant le Fatah – formation clef créée en 1959 -, le Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDPLP), le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), le Commandement Général (FPLP-CG) (ensemble d’organisations radicales de gauche, nées après l’échec des Etats arabes en 1967), l’OLP, dis-je, a été constitué dans un contexte historique où la « laïcité » était un courant politique majeur dans le monde arabe (pensons au leader Gamal Abdel Nasser). Mais cela ne devait durer que quelques dizaines d’années.

Au lendemain de la première intifada apparue au grand jour, le Hamas (Mouvement de résistance islamique), branche palestinienne des Frères musulmans, puis, plus récemment, le Jihad Islamique fondé en 1970. A noter que ce parti n’est pas complètement dans le giron du Fatah, ni dans celui du Hamas. S’il est classique d’établir une bipolarisation en Palestine entre islamiques et laïques, ce mouvement entre les deux vient quelque peu contrebalancer cette vision du champ politique palestinien. Ce n’est plus aujourd’hui un mouvement marginal, extrémiste et, bien sûr, classé comme terroriste par de nombreux Etats et l’on doit le considérer comme la 3ème organisation importante palestinienne. Au cœur de son identité, il y a ce paradoxe  : c’est un mouvement nationaliste qui vient de l’islam politique. Pour lui, l’OLP manque d’une dimension religieuse, tandis que les Frères (Hamas) ne sont pas suffisamment nationalistes…

Le premier Etat arabe à reconnaître la liberté de conscience

Mais, revenons à notre problématique. Lors de la Déclaration d’indépendance de l’Etat de Palestine, adoptée par le Conseil National palestinien – le parlement en exil de l’OLP – le 15 novembre 1988, ce pays a été le premier Etat arabe à reconnaître la liberté de conscience en « proclamant son adhésion aux principes et aux objectifs de l’Organisation des Nations Unies, à la Déclaration universelle des droits de l’homme... ».

La Constitution, en préparation depuis des mois, risquait de voir disparaître cette très importante avancée sous la pression des islamistes.

Mais, le nouvel accord bilatéral passé ces derniers jours entre le Saint-Siège et l’Etat de Palestine - au grand dam des Israéliens ! - conforte la position initiale. S’il donne à l’Eglise catholique une « liberté d’action  », un statut juridique sur le territoire palestinien et y règle également les questions fiscales et de propriété, le Saint Siège met en avant que cet accord conclu avec un pays à majorité musulmane, de surcroît « terre où est né le christianisme », reconnaît « la liberté religieuse et de conscience de manière élaborée et détaillée ».

« Cela peut être suivi des autres pays à majorité musulmane » espère le représentant du Vatican, Mgr. Camilleri ; qui ajoute : « Il montre qu’une telle reconnaissance n’est pas incompatible avec le fait qu’une majorité de la population du pays appartienne à une autre religion ».

Me Maurice Buttin
président du CVPR PO - le 19 mai 2015

Palestine et Etat islamique



Les objectifs des courants terroristes sont d’abord religieux. C’est pourquoi ils ne peuvent s’intéresser à la libération de la Palestine, d’autant plus que le Hamas est soutenu par le Hesbollah, le parti des chiites opposés à l’orthodoxie sunnite.

Palestine et islamisme.

Pour bien comprendre le rapport pouvant exister entre Palestine et Etat islamique, il me semble nécessaire de rappeler initialement quelques données – même si celles-ci ont sans douté déjà été traitées dans les articles précédents.

Tout « islamisme » a pour objectif d’instaurer un ordre politique religieux impliquant l’établissement pour tous de la charia ou règles pour respecter la loi d’Allah (de Dieu). Les non musulmans seront dès lors considérés comme des « citoyens de seconde zone » ; les femmes auront l’obligation de porter le voile ; le jihad « offensif  » et « défensif » sera la norme, avec pour désir le plus profond le rétablissement du califat islamique à l’échelle mondiale. Il s’agit, en effet, pour les islamistes de réussir un jour un empire islamique universel, le fantasme de la « ummat islamiyya – la Nation islamique ». Mais, de facto pour les tiers, une dictature autoritaire ou totalitaire…

Sur ces bases d’action pour la conquête du monde, par des méthodes, violentes ou « douces », la libération de la Palestine de l’occupation israélienne n’est pas la priorité, pour l’instant du moins, des islamistes, loin de là. Aussi, la plupart des mouvements jihadistes ne manifestent aucun intérêt pour le conflit israélo-palestinien. Ils appellent plutôt à une lutte armée contre les gouvernements dirigés par des musulmans. Près de nous, le dramatique exemple de l’Algérie meurtrie pendant des années, avec des dizaines de milliers de morts, est dans la mémoire de chacun.

’Irak et la Syrie

Aujourd’hui, c’est en Irak et en Syrie que ce combat de l’Etat islamique se déroule – reprenant les actions violentes antérieures d’Al Qaïda pendant des années - et l’une de ses premières décisions a été d’abolir la frontière entre les deux pays, et son leader, Abou Bakr Al-Baghdadi, s’est autoproclamé « calife » !

Cette volonté d’« épurer » d’abord le monde musulman, avant de partir à la conquête du monde, me paraît significatif d’une non lutte actuelle contre l’Etat d’Israël, qui viendrait en son temps.

Et, contrairement à ce que certains pensent il n’y a aucun lien entre les jihadistes sunnites salafistes et le Hamas a fortiori entre ces islamistes et le Fatha ou l’Autorité palestinienne. Le combat des deux Mouvements nationalistes, pour la liberté et l’indépendance de la Palestine, apparaît aux yeux des islamistes, comme la défense d’une certaine idée démocratique, à la quelle ils s’opposent. Pour eux, seul le combat pour imposer la religion musulmane - telle qu’ils la comprennent ! - partie à la conquête du monde pour le soumettre à Allah, a valeur universelle.

Hamas : « Chiites et communistes »

e le rappelle, l’Etat islamique est sunnite. Il ne peut dès lors que s’opposer au Hamas - mouvement de Résistance islamique sunnite pourtant – puisque celui-ci est soutenu par le Hezbollah et l’Iran chiites. Ainsi le 19 juillet dernier, dans une vidéo, le prédicateur égyptien salafiste Talaat Zahra n’hésitait pas à déclarer : « Expulser les juifs de Palestine est certes un devoir. Mais qui soutenons-nous quand nous soutenons Gaza ? Les membres du Hamas n’ont ni objectif, ni émir. Ce sont des chiites et des communistes. Il ne faut pas les soutenir (…). Leurs dirigeants se trouvent à Beyrouth (Khaled Mechaal et les siens) tandis qu’Ismaïl Haniyeh et son entourage se cachent sous terre. La population palestinienne, elle, est pulvérisée. Il s’agit d’un complot dirigé par le Hamas contre le peuple palestinien » (Sic !).

Pour les islamistes, le combat n’est pas d’abord politique, mais religieux. Il s’appuie sur des principes théologiques salafistes. Dès lors, celui qui entreprend le jihad doit suivre un commandement politico-religieux légitime, sous la bannière du Jihad – ce qui n’est pas le cas des Palestiniens. Il est donc interdit de combattre en Palestine – sinon d’abord, le Hamas lui-même ! C’est un préalable à toute confrontation avec Israël.

Brûler le drapeau palestinien

Pendant les dramatiques évènements d’août et les massacres causés par l’armée israélienne un certain nombre de combattants de l’Etat islamique ont ainsi brûlé le drapeau palestinien, parce qu’ils le considèrent comme la régression du monde islamique, qui a succombé aux divisions nationales, avec la création des Etats politiques indépendants !

Cette stratégie a ses racines dans l’histoire islamique. Les Salafistes font référence au premier califat d’Abu Bakr qui a donné la priorité à la lutte contre les apostats, avant les conquêtes islamiques. Ainsi, ils ont pour priorité aujourd’hui de combattre les Chiites, pour eux de faux musulmans. En revendiquant par tract, en octobre, l’incendie du Centre culturel français de Gaza, présenté comme une « offense à l’islam », l’Etat islamique a fait une entrée fracassante sur la scène politico-militaire palestinienne - d’autant plus remarquée qu’elle intervenait à la veille de la visite « historique » des responsables de l’Autorité palestinienne dans la Bande de Gaza contrôlée par le Hamas.

Propagande islamiste

En Cisjordanie et à Jérusalem même, les Islamistes ont commencé à distribuer des brochures expliquant l’objectif de l’organisation, afin d’étendre ses ramifications en Palestine. Sur la première page du document « ISIS Palestine » est écrit  : « Ceci est notre position, notre vision du monde. Ce sont nos principes fondateurs ». Selon cette brochure, le Jihad dans le chemin d’Allah est un commandement pour tous afin de « libérer les terres musulmanes de la tyrannie et de l’hérésie ». Puis il est demandé à ses partisans d’attaquer l’Autorité palestinienne et le Hamas : « c’est un commandement religieux » !

Dans un message adressé au gouvernement palestinien, l’Etat islamique déclare que « tout accord signé avec l’occupant n’engage et n’oblige pas les musulmans et est complètement sans valeur ».

La position des chiites est tout autre. Dans un discours, durant la rencontre avec les participants au Congrès International sur les mouvements extrémistes et takfiris, le guide Suprême, Sayed Ali Khamenei déclarait :

« Il est de notre responsabilité de mener à bien des tâches de la plus haute importance. (…) La troisième tâche qu’il faut absolument accomplir est de s’occuper en priorité de la cause palestinienne. Vous ne devez pas permettre que la cause de la Palestine, de la Sainte Al-Qods, et de la Mosquée Al-Aqsa soit refoulée et sombre dans l’oubli. C’est précisément ce qu’ils (ndlr : les tafkiris de l’Etat islamique et leurs alliés Etats-Unis et Angleterre) veulent. Ils veulent que le monde islamique oublie la cause palestinienne ».

Maurice Buttin,
président du CVPR PO

L’éducation en Palestine



Le courage des jeunes Palestiniens pour vaincre les obstacles à leur scolarisation ou leurs études est un bel acte de résistance. Il nous rappelle que le but de l’éducation est de conduire les personnes et les peuples à la liberté.

C’est un des points forts de la résistance du peuple palestinien vivant sous occupation depuis 1967, en Cisjordanie, comme à Jérusalem-Est ou à Gaza. « La clé d’une résistance durable face à l’apartheid israélien est l’éducation, laquelle sera grandement renforcée par la mise en application de la loi nationale de 2006 » écrit le leader palestinien Mustapha Baghouti - regrettant qu’il n’en soit pas encore ainsi.

En dépit du contexte politique, de la répression israélienne -  j’y reviendrai - du très grand nombre de jeunes à scolariser, le taux d’alphabétisation est remarquablement élevé : 92,4 % des garçons, 91,6 % des filles suivent un enseignement primaire et élémentaire. Sans doute, le pourcentage le plus élevé ou l’un des plus élevé, dans les pays arabes ! L’enseignement est obligatoire jusqu’à 16 ans.

En dehors des Universités, que nous examinerons par la suite, le système éducatif comporte 3 types d’écoles : 1600 publiques – 320 privées à caractère religieux (musulmanes ou chrétiennes) et à caractère commercial – 270 établissements gérés par l’UNRWA (organisme des Nations Unies d’aide aux réfugiés au nombre de 1 300 000 environ), concentrés dans 13 camps, en Cisjordanie et à Gaza.

Réaliser des prouesses pour se rendre à l'école

Vu les difficultés créées par l’occupant les enfants doivent réaliser des prouesses pour se rendre à leurs écoles. Comme chacun le sait des centaines de checkpoints (barrages) dressés par l’armée israélienne - « l’armée la plus morale au monde » clame le Premier ministre israélien Benyamin Natanyahou, un comble ! - parsèment la Palestine occupée empêchant la libre circulation des hommes et des marchandises. Les villes, les villages, ne sont pas directement liés entre eux et les écoliers en sont très souvent victimes. Certaines fois ils peuvent passer, d’autres il leur faut attendre un long moment ; d’autres fois enfin, il leur faut rebrousser chemin. Le « bon vouloir » (ou le mauvais !) des jeunes militaires chargés des checkpoints est la seule règle reconnue par Israël.

Catherine Weibel, dans un rapport pour l’UNICEF, rapporte : « Pour les enfants qui vivent à Al Seefer (Hébron), dans la zone charnière de la Palestine occupée, (sise entre le mur construit par Israël à l’intérieur de la Palestine et la « ligne verte » ou frontière de 1967) la marche de 15 minutes pour aller à l’école se transforme souvent en une attente d’une heure à un poste contrôle  ». Pendant ce temps les colons passent en voiture sans même s’arrêter !

Le prétexte de sécurité

Un enfant interrogé précise  : « Quelle que soit l’heure à laquelle je me réveille, je finis toujours par être en retard à l’école, ce qui est stressant. » Il passe par le poste de contrôle 2 fois par jour avec 17 autres enfants âgés de 6 à 14 ans. Chacun doit faire la queue dans une salle et passer sous un système de scanner magnétique, où les soldats vérifient chaque sac et demandent parfois aux enfants d’enlever leur tee-shirts, invoquant des raisons de sécurité !

A noter que ces familles doivent effectuer des demandes de permis israéliens pour continuer à vivre chez elles. Leurs proches ne peuvent pas leur rendre visite sans permis, très difficiles à obtenir.

Pour le million d’élèves palestiniens la vie quotidienne est souvent un enfer. Ce qui est le plus oppressant, le contrôle général que les Israéliens exercent sur la vie des Palestiniens. Rien n’y échappe. Et les humiliations sont quotidiennes envers les adultes ou les enfants

Depuis le 28 septembre 2000 (2ème Intifada), des dizaines d’établissements scolaires ont été bombardés ; certains ont été transformés en casernes pour l’armée israélienne. Beaucoup sont définitivement fermés en raison de leur proximité avec des bases militaires ou des colonies israéliennes.

Résister par la culture et l'écucation

L’enseignement des jeunes palestiniens à Jérusalem est totalement négligé. Il manque des centaines de classes, malgré l’engagement pris devant la Cour de Justice par les autorités locales d’en construire plus de 640 avant 2011. Ainsi, si des milliers d’enfants peuvent trouver place dans des écoles privées (payantes), d’autres et des milliers aussi restent chez eux.

On compte 14 Universités et 15 collèges universitaires en Palestine. Ces établissements créés pour la plupart à partir des années 1970 font, bien sûr, partie de la résistance par la culture et l’éducation voulue par les dirigeants palestiniens. Certains établissements sont publiques, d’autres privés.

La situation générale est, bien sûr, encore bien pire dans la Bande de Gaza, après chaque guerre menée par Israël que ce soit « Plomb durci» en 2008/2009, « Pilier de la défense » en 2012, ou cet été, « Bordure protectrice ».

Aussi, la rentrée scolaire le 14 septembre 2014, deux semaines après l’arrêt de l’offensive militaire israélienne, a été « reprise dans la douleur avec la mort de plus de 300 élèves, 40 professeurs et 22 fonctionnaires de L’Education ; la destruction massive de plusieurs écoles - 32 détruites totalement - et établissements scolaires et universitaires » nous écrit notre ami Ziad Medoukh, professeur de français à l’Université Al-Qods.

Ce territoire, « prison à ciel ouvert », compte 10 établissements universitaires accueillant plus de 120 000 étudiants : 5 universités ; 5 collèges universitaires.

Les difficultés de la vie universitaire

Evelyne Duval, secrétaire du CICUP, écrit dans un article paru dans le N° 53 du « Courrier du CVPR » en juin 2014 (extraits) :

« La vie universitaire est sévèrement affectée depuis 2006 par le blocus de fer israélien. Ainsi, les universitaires de Gaza ne peuvent pratiquement plus se rendre à des invitations à l’étranger, voire même en Cisjordanie, ni les universitaires étrangers venir dans les Universités à Gaza. Les étudiants, même, peuvent se voir refuser de sortir. Et le retour de ceux qui ont pu quitter Gaza est souvent problématique.

Les établissements ont des problèmes d’approvisionnement en matériel et équipements adéquats, ce qui rend très difficile les enseignements pratiques et la recherche. Des problèmes de fonctionnement liés aux coupures de courant (de 16 à 20 heures par jour !). Des problèmes liés à l’achèvement des constructions de bâtiments universitaires nouveaux, à la rénovation de certains et à la reconstruction de ceux détruits.

Des problèmes liés à l’état général de pauvreté causé par le blocus : insuffisance chronique de dotations pour les universités ; apparition de problèmes psychologiques chez les étudiants qui n’arrivent pas à satisfaire les demandes de l’université (transports, livres, droits d’inscription, etc..) et ne voient plus de perspective de débouchés ; incapacité des universités à payer régulièrement les salaires ; manque d’argent pour le matériel pédagogique ; les abonnements aux publications scientifiques. Un exemple : pour la seule année 2006, 427 publications ont été comptabilisées, contre seulement 54 ces deux dernières années ! »


Evelyne Duval conclut : « Voilà un bref aperçu des problèmes auxquels est confronté l’enseignement à Gaza. Je garde en mémoire l’accueil chaleureux des collègues, la forte motivation et le grand enthousiasme des étudiants, leur désir de s’ouvrir par la connaissance sur un monde qui leur est refusé. »

Maurice Buttin,
président du CVPR PO

Les fedayins palestiniens musulmans face à la mort



Des hommes, des femmes, des enfants se font exploser en Palestine pour que leur pays devienne libre. En se référant à un romancier bien connu (Y. Kharda), Maurice Buttin nous aide à comprendre les motivations de ces personnes qu’on a tort de considérer comme des terroristes.

Le décès d’un être cher, d’un ami, d’une relation, est en général un drame pour ceux qui lui survivent. Surtout pour les personnes âgées, qui, souvent, parfois chaque semaine, sont accablées par la disparition d’un proche, parent ou ami.

Ce numéro de La Maison islamo-chrétienne montre comment se comportent « chrétiens et musulmans face à la mort ». Pour ma part, j’entends examiner un cas très particulier, celui des familles des fédayins palestiniens face à cette épreuve.

Je rappellerai tout d’abord qu’il s’agit de familles musulmanes. C’est-à-dire qui, a priori, acceptent, mieux que bien des chrétiens selon moi - surtout ceux de simple tradition -, le décès d’un être cher avec une belle Résignation - d’où mon R majuscule -. Mektoub ! C’était écrit ! Ce qui est écrit vient d’en haut, nous n’y pouvons rien : « Nous sommes dans la main de Dieu, de la naissance au décès. Nous appartenons à Dieu et à Lui nous retournons ». Certes, dans les familles aisées, des pleureuses (professionnelles, moyennant finances) sont là, lors du transfert de la dépouille mortelle et lors de l’enterrement, qui réussissent même à arracher des larmes aux parents du défunt et à ses proches, mais pas « d’éternels regrets  » pour ceux-ci.

Pour les familles des fédayins - qui peut se traduire littéralement par « prêts à se sacrifier » - le problème est plus personnel.

Le mot et le concept ne datent pas d’hier. Dès le moyen âge ils furent utilisés, semble-t-il, et selon certains historiens, pour caractériser la secte militante musulmane (Chiites ismaéliens) des Assassins (XI-XIII siècles) ;

Pour ce qui nous intéresse, le mot « fédayin » apparaît dans la presse égyptienne, au début des années 1950, au lendemain de la seconde guerre mondiale, pour désigner de petits groupes de résistants palestiniens - non entrainés et mal organisés - qui, de la Bande de Gaza, de la Jordanie, et de Syrie, mènent des raids contre Israël.

Les fédayins vont apparaître plus largement comme le fruit du traumatisme subi à la suite de la défaite, en juin 1967, des armées arabes, égyptiennes et syriennes, et de l’occupation totale de la Palestine par l’armée israélienne.

C’est dans L’attentat de Yasmina Khadra (qu’il faut lire à tout prix) que j’ai trouvé les plus belles pages concernant le sacrifice de ces fédayins et l’acceptation de leurs morts par leurs parents :

« Tous les drames sont possibles lorsqu’un amour-propre est bafoué. Surtout lorsqu’on s’aperçoit qu’on n’a pas les moyens de sa dignité. (…)
J’ai voulu que tu comprennes pourquoi nous avons pris les armes, docteur Jaafari, pourquoi des gosses se jettent sur les chars comme sur des bonbonnières, pourquoi nos cimetières sont saturés, pourquoi je veux mourir les armes à la main… pourquoi ton épouse est allée se faire exploser dans un restaurant. Il n’est pire cataclysme que l’humiliation. C’est un malheur incommensurable, docteur. Ca vous ôte le goût de vivre. Et tant que vous tardez à rendre l’âme, vous n’avez qu’une idée en tête : comment finir dignement après avoir vécu misérable, aveugle et nu. » (page 212) .

Et encore : « Je ne voulais pas qu’elle aille se faire exploser, mais elle était déterminée. (…) Elle a dit qu’elle était palestinienne à part entière et qu’elle ne voyait pas pourquoi elle laisserait d’autres faire ce qu’elle devait faire » (page 214) .

« Quand on a choisi de donner sa vie au bon Dieu, c’est qu’on a renoncé aux choses de la vie, à toutes les choses d’ici bas, sans exception » (page 216)

« Le sacrifice n’incombe pas qu’aux autres. Si nous acceptons que les enfants des autres meurent pour les nôtres, nous devons accepter que nos enfants meurent pour ceux des autres, sinon ce ne serait pas loyal » (page 219).

« Elle ne t’en voulait pas de prendre pour argent comptant les lauriers avec lesquels on te couvrait, mais ce n’était pas dans cette félicité qu’elle voulait te voir car elle lui trouvait une touche indécente, un accent incongru. (…) C’est toi qui voulais la rendre tellement heureuse, que tu refusais de considérer ce qui pouvait jeter de l’ombre sur son bonheur. Shichem ne voulait pas de ce bonheur-là. Elle le vivait comme un cas de conscience. La seule manière de s’en disculper était de rejoindre les rangs de la Cause. C’est un cheminement naturel quand on est issu d’un peuple en souffrance. Il n’y a pas de bonheur sans dignité, et aucun rêve n’est possible sans liberté… ». (Souligné par moi) (page 220).

Maurice Buttin,
président du CVPR PO

Qui connaît Maryam, la petite sainte palestinienne ?



« Il n’y a que l’amour qui peut remplir le coeur de l’homme. Le juste avec l’amour et une pincée de terre est rassasié... »
Cette parole de Maryam représente tout un programme... Elle a son actualité.

La vie de Maryam a été éditée sous le titre "Maryam, la petite arabe", aux éditions Salvator, 2000 (1ère édition 1981)

Qui connaît Maryam, la petite sainte palestinienne ?

Sa famille au nom de Bawardi, d’origine libanaise, catholique melkite, ayant perdu ses douze garçons en bas âge, décidait de se rendre en pèlerinage à Bethléem, pour demander à Dieu de leur donner une fille par l’intermédiaire de la Vierge Marie.

Née le 5 janvier 1846 à Ibiline, la fillette reçoit le prénom de Maryam. Elle a trois ans lorsque ses deux parents meurent, presque en même temps. Elle est recueillie par le frère de son père. Peu de temps après, celui-ci décide d’aller s’installer à Alexandrie avec sa famille.

Maryam a 13 ans, lorsque cet oncle décide de la marier. Elle refuse, car elle se sent appelée à consacrer sa vie à Dieu. Elle s’enfuit alors du domicile. Elle est recueillie par un musulman. Comme elle refuse de renier sa foi catholique, celui-ci lui tranche la gorge (elle en gardera une cicatrice et la voix brisée) et la dépose dans une rue d’Alexandrie…

Elle se réveille dans une grotte où une Sœur, vêtue en bleu, la soigne pendant plusieurs mois. Maryam racontera plus tard avoir reconnu en cette femme, la Vierge Marie.

Seule au monde, elle va remplir différentes tâches comme servante à Alexandrie, Jérusalem, Beyrouth pour finalement aboutir à Marseille en mai 1863. Elle n’a pas encore 18 ans, mais sa vie est déjà émaillée de manifestations surnaturelles peu ordinaires. Ne sachant ni lire, ni écrire, elle entre comme novice chez les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition. Au bout de deux ans, elle n’est pas admise à prononcer ses vœux et elle est orientée vers un autre ordre religieux, le Carmel de Pau, où elle prend le nom de « sœur Marie de Jésus Crucifié ».

A 24 ans, elle part avec cinq carmélites pour fonder le premier Carmel en Inde, à Mangalore, où elle prononce ses vœux perpétuels le 21 novembre 1871.

En 1875, ce sera la fondation d’un autre Carmel à Bethléem, cette fois. Parlant seule l’arabe, elle s’occupe de la direction de la construction du nouveau couvent. Elle meurt le 26 août 1978 dans sa 33ème année, à la suite d’une chute mal soignée, entrainant la gangrène.

Maryam, selon son biographe, Amédée Brunot (1) avait reçu de nombreux dons mystiques, dont ses proches ont témoigné : extases, lévitations, stigmates de la passion, apparition et vision de nombreux saints, voire du prophète Elie… et don de poésie !

Louis Massignon avait appris l’existence de Maryam Bawardi, deux mois à peine après sa conversion, en 1908, en Irak, par l’intermédiaire du père Anastase-Marie de Saint Elie, carme de Bagdad, auteur d’une biographie de Maryam en arabe. Depuis cette époque, dans ses écrits, Louis Massignon mentionne cette bienheureuse. En 1957, il annonce même que « la cause de béatification à Rome de la carmélite arabe, grec-catholique, Maryam Barwardi avait été entreprise ». Il lui a confié toute sa vie.

J’ai eu pour ma part connaissance de cette sainte, par le plus grand des hasards, lors d’une rencontre fin 1983, à Marseille, avec le futur cardinal Roger Etchégaray, alors archevêque de cette ville. Il venait d’apprendre la béatification de sœur Marie de Jésus Crucifié, par le pape Jean-Paul II, le 13 novembre 1983.

Une autre fois, au printemps 1987, lors d’un séjour touristico-pèlerinage en Terre Sainte, organisé par les amis de l’Association France-Palestine de Saint-Pierre des Corps, j’en ai de nouveau entendu parler. Passant par Béthléem, je demandais à la guide israélienne qui nous accompagnait que notre car fasse un tour par Ibilline, où nous pourrions rencontrer le curé du village, le père Elias Chakour, Palestinien d’Israël, Directeur et fondateur d’un très important collège. Ce fut d’abord un refus, mais le groupe insistant, la guide dut se plier à cette requête.

Le père Chakour n’était pas là ce jour-là. Nous pûmes néanmoins rencontrer des religieuses. L’une des sœurs, nous accueillant dans l’église, évoqua très rapidement la sainte palestinienne, née dans ce village. Constatant la présence de la guide israélienne, elle insista pour nous conter que la « Petite Maryam », ainsi appelée familièrement, montait souvent à la cime des arbres ou sur de hauts clochers pour prier et pour être plus près du Seigneur ! Les autres sœurs l’appelaient alors : « Descends Maryam, descends, il y a fort à faire sur cette terre ». Eh ! bien, ajouta la sœur, il faut aussi aujourd’hui redescendre sur la terre. Et de nous raconter, devant la guide quelque peu médusée, toutes les humiliations infligées par les soldats israéliens, subies quotidiennement par les Palestiniens, et en particulier les jeunes du village…

Je terminerai cette chronique par cette si belle citation trouvée dans une des œuvres de la Sainte : « Il n’y a que l’amour qui peut remplir le cœur de l’homme. Le juste avec l’amour et une pincée de terre est rassasié. Mais le mauvais, avec tous les plaisirs, les honneurs, les richesses a toujours faim, toujours soif. Il n’est jamais rassasié ».

Maurice Buttin,
président du CVPR PO

Les banlieues et le conflit israélo-palestinien



Intifada en Palestine, émeutes à Clichy-Montfermeil :
même combat ?
Maurice Buttin l’insinue.

Avant d’aborder cette question, il faut, me semble-il, rappeler les problèmes fondamentaux des jeunes de nos banlieues, leur situation critique, tant sur le plan de l’emploi - à Clichy-sous-Bois le taux de chômage atteint 23 % dans la population et jusqu’à 40 % parmi les moins de trente ans ! - que celui de la formation. Mais, plus généralement, pour l’ensemble des populations issues de l’immigration, on ne peut négliger un point très important, le manque de considération à leur égard, leur marginalisation, quoi qu’en pensent certains.

Ainsi, toutes ont le sentiment – réel à mon avis – d’avoir été stigmatisées sous l’ère Sarkozy, ministre de l’Intérieur, puis président de la République. Nul n’a oublié ses discours provocateurs : « Nettoyer au Kärsher », « Se débarrasser de la racaille », qui ont entrainé des comportements de certains policiers encore plus contestables que d’habitude.

Qui ne se souvient du drame survenu précisément à Clichy-sous-Bois en octobre 2005, où deux adolescents, qui essayaient d’échapper à un énième contrôle de la police, mouraient électrocutés dans un transformateur électrique, où ils avaient cherché à se réfugier ! Cette tragédie déclenchait dans plus de 400 banlieues un mouvement de révolte sans précédent.

C’était pour moi le signe d’un ras le bol généralisé face à toutes les discriminations économiques, sociales, culturelles et autres – pourtant dénoncées depuis des mois par des associations travaillant sur le terrain, voire des élus de la diversité.

Un espoir politique déçu

Ces populations mettaient tout leur espoir dans une victoire de la gauche aux dernières élections. Peut-on oublier que ces quartiers ont largement contribué à la victoire du candidat socialiste à Trappes, dans les Yvelines, où il a obtenu 71 % des voix ; ou à Bobigny, dans la Seine Saint Denis, où il en a obtenu 76 % !

Or, aujourd’hui, après dix mois de gouvernance à gauche, la déception est grande, entre autres chez les responsables associatifs et les élus locaux de la diversité. « Où en est la lutte contre le contrôle au faciès ? Où en est le droit de vote des étrangers, hors ceux de la communauté européenne  ?  » clame l’adjoint au maire de Clichy-sous-Bois, Mehdi Bigaderne, délégué à la vie associative, aux services sociaux et au contrat urbain de cohésion sociale.

Certes le 23 février, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, accompagné de son ministre à la ville, François Lamy et d’élus, s’est rendu dans cette ville - son premier déplacement en banlieue -, mais son discours : « Je comprends très bien les attentes et l’impatience légitime… La Nation doit assumer tous ses atouts… » n’a été suivi que de quelques mesures, prises les jours suivants, dans une réunion du Comité interministériel des Villes (CAV) ne comblant pas l’attente des responsables associatifs et des élus locaux. Et, le rappeur et militant associatif Axiom (pseudonyme de Hicham Kochman) de conclure : « Tout le monde se fiche de la lutte contre les discriminations, car personne ne mesure l’ampleur de la colère ».

Une comparaison s'impose

Mais, quel rapport penseront certains entre la situation qui se vit dans nos banlieues et le conflit israélo-palestinien ?

La réponse est simple, surtout pour tous les jeunes issus de l’émigration arabo-maghrébine. Comment, dans la situation qu’ils vivent localement, ne pas comparer, par certains côtés, la frustration, le mépris, les humiliations quotidiennes subies de l’armée d’occupation israélienne par les jeunes palestiniens, arabes comme eux. On ne peut négliger ce ressentiment identitaire.

Comme ailleurs, la « Guerre des pierres » en Palestine, lors de la première Intifada (révolte), en décembre 1987, a marqué les esprits. Et, on a assisté depuis l’an 2000, et la deuxième Intifada, à une recrudescence des situations de tension - pas seulement en France d’ailleurs - et chaque flambée de violence dans le conflit israélo-palestinien, déclenchée par Israël, a provoqué une montée de ces tensions.

Ce, d’autant, que de ce côté-ci du périphérique la rhétorique sécuritaire, les discours critiques liés à l’immigration des militants du Front National, voire du président Sarkozy lui-même, n’ont fait et ne font qu’exacerber les esprits.

Et, n’est-ce pas significatif de constater que « les jeunes des banlieues françaises autrefois qualifiés de « beurs », le sont de plus en plus aujourd’hui de « musulmans » ? Oui, il faut tenir compte aussi de l’influence d’un Islam plus ou moins radical qui redonne sens et dignité. Mais qui conduit parfois à de dramatiques dérapages, comme ces jeunes qui partent au Pakistan ou en Afghanistan « à l’instar d’un Mohammed Merah et qui reviennent auréolés du prestige du combattant résistant » (Charles Rojzman).

"Les banlieues, le Proche-orient et nous"

Cela dit, relisons l’ouvrage collectif « Les banlieues, le Proche-Orient et nous » (Editions l’Atelier 2006) de Leïla Shahid, ancienne Déléguée générale de la Palestine en France, aujourd’hui à Bruxelles, ambassadrice de la Palestine auprès de la Belgique, du Luxembourg et de l’Union Européeenne, de Dominique Vidal, historien, journaliste au Monde diplomatique et de Michel Warschawski, journaliste israélien anticolonialiste, fondateur du Centre d’information alternative palestino-israélien à Jérusalem, livre réalisé par Isabelle Avran.

Les trois auteurs ont parcouru notre pays après la tragédie évoquée de 2005. Dans leur « tournée des villes et des banlieues » ils ont rencontré des milliers de jeunes dans des lycées ou autres lieux. Leur but : dépassionner le débat afin de mieux comprendre et mieux agir sur la situation, là-bas comme ici, pour que l’emporte le « vivre ensemble », au Proche-Orient comme en France. Pour bien démontrer que l’affrontement israélo-palestinien n’est ni religieux, ni ethnique, mais politique.

Et en accord avec leurs affirmations, je conteste la manière dont certains médias présentent le conflit - ou le problème surgi dans les banlieues - de manière religieuse, c’est-à-dire d’une lutte entre les musulmans et les juifs. Là comme ici, cela reste essentiellement à un niveau politique.

Pour conclure je dirai qu’une des questions essentielles pour l’avenir de notre pays est de voir ses dirigeants, en particulier mes amis de gauche, prendre pleinement conscience de l’importance à réserver aux jeunes issus de l’immigration, sans oublier de reconnaître l’effort inestimable de leurs parents à la reconstruction de la France après la dernière guerre.

Maurice Buttin,
président du CVPR PO



La famille palestinienne



« A un moment où à un autre chaque famille palestinienne
a assisté à l’emprisonnement d’un des siens ! »

Familles enfermées

Evoquer la « famille palestinienne », c’est d’abord rappeler l’occupation, la répression, l’injustice qui la frappe depuis plus de 45 ans (1967), pour ne pas dire 65 ans. Comment, en effet, oublier la Nakba (catastrophe) qui en 1948-49 a vu plus de 700 000 Palestiniens chassés de leur pays !

Bombardement et assassinats ciblés, destruction de maisons et d’infrastructures, arrestations et enlèvements à l’heure du laitier - comme en France pendant la dernière guerre - voilà ce que chaque famille palestinienne a vécu et vit, au fil des années, depuis l’occupation de la Palestine.

Les statistiques font état de plus de 10 000 Palestiniennes emprisonnées depuis 1967. Un nombre relativement faible comparé à celui des 800 000 qui représente l’ensemble des Palestiniens qui ont croupi dans les prisons israéliennes depuis 45 ans - dont des centaines d’enfants, la responsabilité pénale ayant été fixée à 12 ans par la Cour suprême israélienne ! C’est dire, qu’à un moment ou un autre, chaque famille palestinienne a assisté à l’emprisonnement d’un des siens. Outre les condamnés par les Tribunaux israéliens, des centaines de prisonniers l’ont été sans jugement en « détention administrative », ce qui permet à Israël de les laisser indéfiniment en prison. Ces jours derniers des dizaines de Palestiniens ont encore été arrêtés en Cisjordanie…

Et, enfermés derrière les barreaux en Israël même, en toute illégalité puisque une puissance occupante n’a pas le droit de déplacer des détenus hors des territoires occupés, selon les Conventions de Genève. Décision particulièrement dramatique pour les familles, car elle les empêche, la plupart du temps, de rendre visite à leurs parents, de même pour les avocats.

Familles humiliées

Des centaines de check points, à la sortie des villes, voire des villages palestiniens, qui les séparent les uns des autres, sont une entrave pour la vie familiale. Ils ont bouleversé la vie sociale, le travail, les études. Au surplus, ils sont le lieu permanent d’humiliation au quotidien, des vieillards, des femmes, des hommes, des enfants de tout âge !

Marianne Blume a passé deux séjours à Gaza comme professeur. Elle a été le témoin direct de cette humiliation aux check points. « GAZA dans mes yeux » son livre poignant, préfacé par Leila Shahid – qui représente aujourd’hui la Palestine auprès de l’Union Européenne – le rapporte : « Je vois encore, à une des étapes du contrôle (à Erez) ces hommes mûrs en costume, obligés de soulever leur chemise et de tourner sur eux-mêmes en montrant leur ventre. J’ai détourné les yeux mais la honte était là. Je vois aussi cette femme affolée, un bébé mourant dans les bras, implorant les soldats de la laisser passer et sauvée par des membres du Consulat de France. Je repense à ce handicapé unijambiste que les soldats voulaient forcer à franchir le portique électronique sans béquilles. Je me souviens de cet homme qui avait eu une crise cardiaque et que l’on faisait attendre dehors sous le soleil » (page 35).

Et encore : « Parfois la route est fermée des jours et des jours, voire des semaines. Ceux qui sont prisonniers d’un côté n’ont plus qu’à attendre. Des enfants séparés de leurs parents des hommes retenus loin de leur famille. Des femmes interdites de retourner à la maison. Des étudiantes et des étudiants incapables de joindre leur université. Des travailleurs empêchés d’aller à leur travail. Des malades loin de leur famille ou privés de soin… » (Page 58)

Marianne Blume cite cette courageuse journaliste israélienne Amira Hass (« Chechpoint behavior » Haaretz, 2 septembre 2004) : « La majorité des soldats jeunes et vieux qui continue à servir aux barrages routiers (…) considèrent que les milliers de Palestiniens qui passent ont moins de droit que les Juifs, c’est-à-dire qu’ils sont inférieurs – et donc sujets à tous types de dégradation ».

Et ces guerres successives contre Gaza ? Quelles seront les conséquences physiques, psychologiques, mentales pour toutes les familles, bébés, enfants, adolescents, adultes, vieux, victimes de terribles bombardements, de bombes sonores, souvent pendant plusieurs nuits consécutives ?

Enfants terrorisés

Quel traumatisme aussi, peut-être à vie, pour les enfants en particulier victimes de violences de la part des soldats israéliens ou qui ont vu leurs parents humiliés, battus, voire assassinés, devant eux. L’association israélienne « Briser le silence » a sorti le 26 août 2012 un rapport qui rassemble les récits de plusieurs dizaines de soldats. Tous affirment que même lorsque la situation est calme, les enfants palestiniens sont quotidiennement victimes de ces violences arbitraires.

Yehuda Shaul témoigne : « Ce qui est flagrant, c’est que pour l’armée, pour les soldats sur le terrain, il n’y a aucune différence entre un enfant palestinien et un adulte palestinien (…) On arrête des enfants sans se soucier de savoir ce qu’ils ont fait, et on les frappe comme n’importe quel détenu (…) La première fois qu’on entre dans une maison palestinienne, on voit des enfants pleurer, parce que cela fait peur de voir débarquer dans sa chambre un soldat casqué et armé à trois heures du matin. La première fois, on ressent quelque chose. Mais après, cela devient une chose habituelle (…) Le quotidien, c‘est d’arrêter des gens, cela peut-être des enfants ou des adultes, et on ne fait plus attention à la différence. Tous les Palestiniens sont dans le même panier ».

Pour moi cette humiliation subie par le peuple palestinien, en tous lieux et en tous temps, est sans doute le pire des crimes que commettent les forces armées israéliennes depuis le début de l’occupation de la Palestine. Comme le souligne un sociologue palestinien, Israël cherche par là à détruire la société palestinienne, un véritable « sociocide » selon son expression.

Se réjouir malgré tout !

Mais le Palestinien tient bon : « Résister, c’est attendre à ce check point et ne pas se laisser enfermer un peu plus. Résister, c’est continuer à vivre, à travailler. Ce n’est pas tout abandonner, ce n’est pas se résigner. C’est étudier », répond Amjad à une question d’un membre d’un groupe de juifs français de passage à Gaza (page 69).

Malgré tout, en effet, pour un Palestinien, l’espoir d’un jour meilleur l’emporte sur le drame de sa vie quotidienne. Il montre au monde entier un courage extraordinaire de raison de vivre. Dans ces temps de guerre, il peut d’ailleurs chercher la fête. Il n’hésite pas, par exemple, à célébrer avec de grandes réjouissances les moments importants de la vie, une naissance ou un mariage, la fête des fêtes.

Maurice Buttin,
président du CVPR PO



Les palestiniens et la liberté de conscience



Faut-il rappeler que le Conseil National Palestinien a proclamé son attachement aux buts et principes de l’ONU et à La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui reconnaît explicitement le droit à la liberté de conscience ?

Une déclaration de Benoît XVI.

La Déclaration universelle des Droits de l’homme du 10 décembre 1948 proclame en son article 18 : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites ».

Benoît XVI à New-York déclarait le 18 avril 2008 : « La visite que j’ai faite au siège des Nations Unies m’a donné l’occasion de confirmer la valeur de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et d’en rappeler le fondement universel, à savoir la dignité de la personne humaine créée par Dieu à son image, pour coopérer à son dessein de vie et de paix ».

Pour moi, « catholique pratiquant régulier », selon la terminologie des sondages, la liberté de conscience est un droit fondamental. Une société démocratique est tolérante ou elle ne l’est pas. Cette liberté est indivisible. Il est du droit d’un individu de dire, y compris publiquement, qu’il/elle « croit ou ne croit pas en Dieu ».

Qu’en est-il dans les pays musulmans ? Il est habituel de voir les théologiens islamiques citer le Coran (verset 2. 256) « Il n’y a pas de contrainte en religion  » pour soutenir que l’Islam accorde la liberté religieuse – ce qui est exact, sauf dans certains Etats, où elle n’existe pas ou elle n’est pas acceptée pour toutes les religions.

En Arabie saoudite, aucune autre religion ou pratique religieuse n’est admise en-dehors de l ‘Islam. Or ce pays compte aujourd’hui près d’un million de non musulmans, dont notamment des Philippins chrétiens. Ceux-ci ne peuvent que se cacher pour assister à une célébration eucharistique ! Cet incontestable manquement à un droit quasi universel n’est pas contesté par les très courageux dirigeants des pays occidentaux. L’Arabie saoudite est l’amie de tous : pétrole oblige !

Une déclaration de Al-Azhar

Au lendemain de la « Révolution du 25 janvier 2011 » en Egypte relevons une Déclaration sur l’avenir démocratique du pays, en date du 19 juin 2011 - juste un an - dressée sur l’initiative de Dr. Ahmed Al-Tayeb, grand Imam de la célèbre université d’Al-Azhar, par un groupe d’intellectuels égyptiens de tous les horizons idéologiques et religieux. Ils ont retenu, quant aux principes nécessaires pour définir la nature de la référence à l’Islam, dix axes.

Plusieurs concernent notre sujet : Le 3ème  : « s’engager au respect du système de libertés fondamentales et d’opinion, dans un total respect des droits de l’homme et de la femme et de l’enfant ; et confirmer le principe de pluralité et le respect de toutes les religions monothéistes, tout en définissant la citoyenneté comme seul critère de responsabilité au sein de la société ». Le 4ème  « (…) éviter toute accusation d’apostasie ou de trahison, ainsi que l’instrumentalisation de la religion aux fins de créer la discorde et l’hostilité entre les citoyens (…) ».Le 5ème : « affirmer l’engagement au respect des chartes et des décisions internationales (…).Le 6ème : « (…) assurer l’entière protection et le total respect des lieux de culte pour les adeptes des trois religions monothéistes  (…)  ».

Un avenir incertain

Cette Déclaration me paraît très importante, parce qu’innovante - encore qu’elle ne vise que les trois religions monothéistes. Elle n’évoque certes pas encore la liberté de conscience, mais elle « s’engage au respect du système de libertés fondamentales de pensée et d’opinion ». Mais qui, demain, sera le nouveau président égyptien ? Quel sera le rôle de l’armée après son récent coup de force : annulation des élections qui avaient vu triompher les Frères musulmans par la Haute Cour constitutionnelle ? Au demeurant, comment ceux-ci réagiront-ils ? En bref, les (bons) principes retenus dans les dix axes de la Déclaration d’Al-Azhar seront-ils retenus dans la nouvelle Constitution égyptienne ?

Qu’en est-il donc en Palestine ?
Le Conseil National Palestinien (CNP), le parlement de l’OLP en exil, a proclamé le 15 novembre 1988 l’Etat de Palestine, sur les « frontières » de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale. Ce magnifique et si courageux texte - acceptation des résolutions 181, 242 et 338 du Conseil de sécurité de l’ONU, donc d’une Palestine réduite à 22 % du mandat britannique - était rédigé par Mahmoud Darwich, le « poète de la Palestine ».

Dans ce document, l’Etat de Palestine proclamait entre autres son « attachement aux buts et principes de l’ONU et à la Déclaration universelle des droits de l’homme ». Premier Etat arabe à majorité musulmane à avoir le courage de prendre pareille décision ! Celle-ci se verra confirmée par le discours du président Yasser Arafat, le 13 décembre 1988, à l’ONU rassemblée à Genève (en raison du refus des Etats-Unis de délivrer un visa au chef de l’OLP) : «L’Etat de Palestine est déterminé à appliquer la Charte de la Ligue des Etats arabes, la Charte des nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme (…) ».

L’Etat de Palestine a été rapidement reconnu par des dizaines d’Etat et aujourd’hui par plus de 130. Mais hélas, pas par les «  grands » Etats occidentaux, soit parce qu’allié privilégié d’Israël comme les Etats-Unis, soit parce instrumentalisés par Israël évoquant sans cesse l’épouvantable drame de la Shoah… alors que celui-ci n’a strictement eu aucun rapport avec le monde arabe, avec la Palestine en particulier.

"Liberté de conscience" menacée ?

Où en est donc la situation aujourd’hui en Palestine sur ce plan des libertés ? La précision nous est donnée par la loi fondamentale de 129 articles, publiée le 18  mars 2003, à nouveau amendée en 2005. Elle me semble en retrait.

Si le Chapitre II : « Droits fondamentaux et libertés » affirme bien en son article 10 § 1 : « (Ils) sont respectés et protégés » et au § 2  : « L’Autorité nationale palestinienne doit adhérer sans tarder aux déclarations et aux conventions internationales et régionales sur les droits de l’homme », il n’est plus précisé l’adhésion à la Déclaration universelle des droits de l’homme. Et qu’en sera-t-il demain, lorsqu’une majorité islamiste risque d’être au pouvoir ?

Ainsi, ce scandaleux manque de courage des dirigeants occidentaux pour reconnaître l’Etat de Palestine en 1988, qui se perpétue toujours aujourd’hui par le refus de l’admettre aux Nations Unies, va sans doute coûter au peuple palestinien la liberté la plus fondamentale, la « liberté de conscience ». Bien triste constat, comme cette guerre engagée en Irak par la « grande démocratie étasunienne » pour « démocratiser » le pays… qui aura brillamment réussi à voir une grande majorité des chrétiens chassés de ce pays. Et l’on évoque la «  civilisation occidentale chrétienne » ! Quelle tristesse !  

Maurice Buttin, président du CVPR PO



Un peuple en souffrance



La pire des souffrances est celle qu’on vit dans l’isolement.
Une fois de plus, Maurice Buttin nous aide à humaniser les douleurs infligées au peuple palestinien.
Si nous partageons ses efforts, si nous savons l’écouter, peut-être contribuerons-nous à émousser,
comme le dit Mahmoud Darwich, « la capacité du glaive à vaincre l’âme ».

Colonies illégales, arrestations et emprisonnements

La Palestine - du moins ce qu’il en reste, officiellement, 22 % du territoire du mandat britannique - est occupée par Israël depuis plus de 46 ans ! Et, même si les colonies et l’armée israélienne ont évacué la bande de Gaza en 2005, ce territoire, en totalité bouclé (terre, mer, et ciel), est devenu depuis une « prison à ciel ouvert ».

En Cisjordanie, les colonies toutes illégales au regard du droit international et de la 4ème Convention de Genève  ; les routes de contournement pour les seuls Juifs ; le mur dit de « sécurité » (de la honte, oui !) construit en partie sur ce territoire et encerclant certaines villes palestiniennes ; les chekpoints ; la destruction de milliers de maisons ; l’expulsion de leurs habitants ; le nettoyage ethnique de Jérusalem-Est ; l’interdiction de s’y rendre, pour se faire soigner dans un hôpital ou pour aller prier dans un des lieux saints, musulman ou chrétien ont rendu la vie quotidienne des Palestiniens des plus difficile, souvent impossible. Et, combien de familles ont souffert depuis 1967 de l’arrestation brutale d’un père, d’un frère, d’une sœur, d’un fils ! A l’heure du laitier, bien sûr, comme le faisait la Gestapo pendant l’occupation de notre pays. Selon des statistiques assez sûres, ce sont 700 000 hommes, femmes et enfants, qui ont été arrêtés et emprisonnés (souvent sans procès), pendant des mois ou des années, depuis le début de l’occupation ! (Retenez ce chiffre. A l’échelle de la France cela représente près de 12 millions de détenus !). Récemment, si 1000 prisonniers ont été libérés en échange du soldat Gilad Shalit (Cessons d’évoquer un franco-israélien. Il combattait dans l’armée israélienne, non dans l’armée française) des centaines de Palestiniens ont été enlevés ou arrêtés depuis : par exemple, le 23 janvier, le président du Conseil législatif palestinien, Aziz Dweik, membre du Hamas, placé en détention administrative pour six mois. (Ce parti, compte 74 députés sur les 132 sièges du Parlement, dont 24 sont toujours détenus par Israël).

Quelques témoignages, rapportés par des membres de l’EAPPI (Ecumenical Accompaniment Programme en Palestine et Israël) permettent de mieux se rendre compte des souffrances endurées par le peuple palestinien occupé :

« A 3 heures du matin, l’armée est arrivée à Azzoun, ville au nord de la Cisjordanie. Elle a arrêté Rachid. Les soldats l’ont tiré du lit, lui ont bandé les yeux et lui ont passé les menottes. Il est accusé d’avoir jeté des pierres. Maintenant les soldats occupent le toit de la maison. La famille a peur que les soldats ne contaminent leur réserve d’eau - Les réservoirs sont placés sur les toits - avec leurs excréments ou urines, comme c’est arrivé à d’autres. Le drapeau israélien flotte sur la maison. (…)»

Enfants torturés, université menacée

« Défense internationale des enfants » (DCI), dans son rapport de 2009, fait état de « notoires mauvais traitements et tortures d’enfants palestiniens, entre des mains de l’armée ou de la police (…) visant à obtenir des aveux en hébreu, langue que la plupart des enfants ne connaissent pas. Ces aveux servent alors de preuves à l’encontre de plus de 700 enfants par an. (…). La façon dont sont traités les colons qui jettent des pierres est une plaisanterie par rapport à la façon dont sont traités les Palestiniens (…) Il y a deux poids deux mesures dans l’application de la loi en Cisjordanie. Les Palestiniens sont assujettis à la justice militaire, tandis que les Israéliens, au même endroit le sont à la justice civile». « L’occupation est partout. Elle affecte notre vie tous les jours » rapporte un futur pasteur luthérien qui demeure à Ramallah et travaille à Jérusalem. « Je ne sais combien de temps cela va me prendre. Quelquefois trois minutes, quelquefois trois heures. Les gens sont souvent arrêtés, injuriés ou humiliés par les soldats – sans aucune raison ». Il appelle tous les chrétiens du monde à venir visiter non seulement Israël, mais aussi la Palestine occupée, pour « voir notre souffrance ».

Hana Abu Heikel et sa famille poursuivent une grève de la faim à Hébron/Al Khalil. Ils sont victimes continuelles de colons depuis 1984. Leurs oliviers ont été détruits. Des pierres ont été lancées contre leur maison. Leurs véhicules ont été incendiés. Bien que cette famille ait porté plainte des dizaines de fois, les auteurs n’on jamais été poursuivis…

L’humiliation est une pratique ordinaire de l’occupant. Elle vise à détruire la volonté du peuple qui lui résiste, à rabaisser ses représentants et dirigeants au rang de « sous-humain » - rappelons-nous les campagnes haineuses contre Yasser Arafat - non seulement par racisme, mais aussi pour se venger du peuple qui refuse la domination et la loi de l’occupant.

L’administration de l’Université (catholique) de Bethléem (aux deux tiers d’étudiants musulmans ; 73 % de femmes) est très préoccupée par ces attaques de colons contre des membres de la communauté universitaire. « Il ne se passe pas de jour sans que notre faculté n’incite nos étudiants à promouvoir la démocratie, la paix et la justice. Nous avons la chance d’avoir un climat de campus qui est connu pour être une oasis de paix » a déclaré le vice-président Exécutif et d’ajouter : « Ces attaques violentes et agressives contre nos étudiants et notre faculté de la part de colons israéliens des territoires palestiniens sont abominables et injustes ».

Rappelons que les nations Unies et d’autres ONG de droits humains signalent que plus de 500 000 colons israéliens, dont beaucoup sont armés, occupent la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

Lors de la 3ème session du Tribunal Russel, début novembre dernier, à Cape Town, en Afrique du Sud, des témoignages poignants ont bouleversé l’assistance (entraves à la liberté, à la dignité et à la justice, meurtres, destructions de toutes sortes, etc.)

Résistance non-violente

L’un des piliers du Comité de coordination de la résistance non-violente de Bil’in, Mohammed Khatib, a livré son expérience personnelle, en insistant sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’une expérience unique, mais comme un symbole de ce que vivent la plupart des Palestiniens. Dans une intervention remarquable, Marianne Blume (professeur belge ayant travaillé 10 ans à l’Université Al Azhar de Gaza), sans exclure le crime d’apartheid commis par l’armée d’occupation a fait valoir que la situation allait encore bien au-delà, par une politique délibérée et coordonnée de destruction d’un groupe dans toutes ses dimensions, politiques, sociales, économiques, familiales, culturelles, etc., caractérisant un « sociocide ». Une autre intervention courageuse et passionnée a été particulièrement forte en émotion. Celle de Haneen Zoabi, député à la Knesset. Au même moment ce Parlement israélien délibérait du retrait de son mandat et de sa citoyenneté israélienne par le seul fait de sa participation au Tribunal !

Une récente loi « nationalité et admission dans le droit israélien » a été adoptée à la Knesset. Elle met fin à tout espoir de réunification pour les familles arabes, et empêche les habitants de la Cisjordanie ou d’autres « pays ennemis » arabes de vivre en Israël, même s’ils sont mariés à un arabe israélien. Dans la seule ville de Jérusalem, cette loi va concerner plus de 100 000 personnes, qui doivent dès maintenant faire un choix déchirant : déménager pour garder l’unité de leur famille en perdant le droit de résidence à Jérusalem (assurance maladie, affaires, droit de visite, allocations, etc.). Ou, rester en risquant les conséquences de la part des Israéliens pour résider « illégalement » ensemble, à Jérusalem ou dans tout autre lieu en Israël !

Et que dire de la dramatique situation vécue par les Palestiniens de la Bande de Gaza !

Malgré la mobilisation internationale, les manifestations dans beaucoup de pays, le blocus n’est toujours pas levé, la situation stagne et les Gazawis attendent, attendent… Les 1,6 millions continuent à vivre dans des conditions plus que précaires, et si les révolutions arabes leur ont apporté un signe d’espérance, elles n’ont pas changé l’existence, en particulier des jeunes qui vivent dans la pauvreté, le chômage, et dans une souffrance tout autant physique que morale. L’aspect le plus grave de cette situation est bien l’absence de perspectives chez tous qui commencent à perdre espoir en un avenir immédiat meilleur. Plus de 75 % de la population vit de l’aide alimentaire humanitaire distribuée par des ONG et 90 % des usines détruites pendant la guerre de décembre 2008-janvier 2009 sont fermées ou tournent au ralenti, car les matières premières ne rentrent pas sur interdiction d’Israël !

Je conclurai cette chronique par une citation du grand poète palestinien Mahmoud Darwich - lui qui a si bien chanté les souffrances de son peuple qui se confondent avec sa vie - tirée de son discours à une délégation d’écrivains, arrivée le 25 mars 2002 à Ramallah :

« L’occupation ne se contente pas de nous priver des conditions élémentaires de la liberté, elle va jusqu’à nous priver de l’essentiel même d’une vie humaine digne, en déclarant la guerre permanente à nos corps et à nos rêves, aux personnes, aux maisons, aux arbres, en commettant des crimes de guerre. Elle ne nous promet rien de mieux que l’apartheid et la capacité du glaive à vaincre l’âme »

Maurice Buttin Président du CVPR PO



Faire la vérité sur Gaza



Ceux qui pensent que la vérité est l’affaire des philosophes se réjouiront puisque, pour alimenter sa chronique, Maurice Buttin s’affronte à Bernard-Henri Levy.

La vérité sur le blocus.

Il y a longtemps que je voulais écrire à Bernard-Henri Levy, pour les innombrables contre vérités qu’il assomme régulièrement, dans ses articles de l’hebdo « Le Point » par exemple, dès qu’il s’agit de contester sur un point ou un autre la politique de ses amis israéliens.

Beaucoup mieux que je ne saurais le faire, Gideon Lévy, journaliste au quotidien israélien de gauche, Ha’aretz, l’a fait, au sujet du blocus de Gaza, dans une lettre reprise par le « Courrier International » en juin 2010. J’en extrais ce qui suit :

« Cher Bernard-Henri Lévy,
Nous ne nous connaissons malheureusement pas. Nous nous sommes brièvement croisés dans les décombres fumants de Gori pendant la guerre de Géorgie. Vous y avez fait un passage éclair et, comme d’habitude, vous avez attiré l’attention, là comme dans d’autres zones de conflit où vous vous êtes rendu. ?J’admire profondément les intellectuels de votre stature, qui se font fort de visiter les champs de bataille et de faire entendre leur voix. Votre tentative de protéger Israël, dont témoignait votre article publié le 8 juin dans Ha’Aretz (“Il est temps de cesser de diaboliser Israël”), a fait plaisir à beaucoup d’Israéliens, qui avaient grand besoin que quelqu’un dise un peu de bien de leur pays, chose rare par les temps qui courent. ?Je ne gâcherai pas leur plaisir.

Mais, au nom de votre appel à mettre un terme à la désinformation, je souhaiterais attirer votre attention sur des informations qui ont peut-être échappé à votre mémoire (…).

Pour vous comme pour la plupart des Israéliens, il n’y a pas de blocus de Gaza. En parler relève de la “désinformation”. ?Au fait, puisque vous étiez sur place, pourquoi n’en avez-vous pas profité pour faire un saut à Gaza, à l’instar de votre ami Mario Vargas Llosa, pour voir de vos propres yeux s’il y avait ou non un blocus ? Les médecins de l’hôpital Shifa [à Gaza], par exemple, vous auraient parlé de leurs patients qui décèdent à cause du “non-blocus”. Certes, personne ne meurt de faim. Pourtant, l’association Gisha pour la liberté de mouvement a publié cette semaine un rapport expliquant qu’Israël autorise l’importation de 97 produits à Gaza, contre 4 000 avant le siège. Vous n’appelez pas cela un blocus ? ?Un grand supermarché israélien propose 10 000 à 15 000 articles ; à Paris, il y en a sûrement plus encore. Pourtant, Gaza n’a droit qu’à 97 produits (…).

Un siège impitoyable

Vous dites, comme si vous vous faisiez le porte-parole de Tsahal, qu’Israël laisse entrer 100 à 125 camions par jour à Gaza. Une centaine de camions pour 1,5 million de gens : ne s’agit-il pas là d’un “siège impitoyable”, comme l’écrivait [Laurent Joffrin dans] le journal Libération, contre lequel vous vous élevez? ?8O% des habitants de Gaza vivent de l’aide humanitaire ; 90 % des usines de Gaza sont fermées ou tournent au ralenti. Vraiment, Bernard-Henri Lévy, ne sommes-nous pas là face à un blocus ? Ne devrait-on pas s’attendre que, plus que tout autre, un grand intellectuel comme vous sache que les gens, y compris les Gazaouis, ont besoin d’autre chose que de pain et d’eau ? (…)

Vous écrivez qu’Israël a été accusé “jusqu’à la nausée” d’être responsable de ce blocus – tiens, voilà que maintenant vous parlez de blocus ? –, imposé autant par Israël que par l’Egypte. C’est exact. La participation de l’Egypte est en effet scandaleuse et inexplicable (…).

L’occupation de Gaza n’est pas terminée, elle a simplement été levée, pour arranger l’occupant, mais Israël n’en reste pas moins responsable. ?La monnaie officielle de Gaza est le shekel, les registres d’état civil sont établis par Israël, qui surveille également toutes les entrées dans la bande de Gaza. Des décennies d’occupation ont rendu Gaza dépendante d’Israël, et Israël ne saurait s’en défaire par un simple “désengagement”. (…)?

Une puissance occupante

Comment pouvez-vous ignorer le contexte ? Depuis quarante-trois ans, des millions d’individus – dont certains auraient pu espérer devenir Bernard-Henri Lévy, au lieu de perdre leur vie à se battre pour survivre – connaissent une situation d’occupation et de désespoir. Quelles chances un jeune Palestinien a-t-il de faire quelque chose de sa vie ? Regardez les photos des Gazaouis qui se pressent au poste-frontière de Rafah et observez l’expression imprimée sur leur visage. ?Le concept de liberté ne vous est certainement pas étranger. Vous ne pouvez reprocher l’occupation à personne d’autre qu’à nous, les Israéliens. Il y a beaucoup d’excuses pour cette occupation, mais aucune ne change quoi que ce soit à l’ultime réalité : Israël est une puissance occupante. C’est la racine de tous les maux et c’est ce que vous avez dissimulé. Vous n’en dites pas un mot. (…)

Vous n’avez pas le droit d’ignorer ce qui a fait de Gaza une région de réfugiés désespérés. ?Vous avez raison, Bernard-Henri, de souligner que le monde est plus exigeant envers Israël qu’envers des dictatures. Ce n’est pas la “confusion d’une époque”, comme vous le dites, mais une époque nouvelle (et juste) dans laquelle le monde exige qu’en tant que démocratie Israël paie le prix de sa conduite. ?Alors, diabolisation ? Possible, mais la façon de la combattre est de faire le siège de son arsenal. Sans le blocus de Gaza, sans l’occupation, il n’y aurait aucune raison de diaboliser Israël. Est-ce trop attendre de vous, naguère la voix de la conscience, que vous compreniez cela ? »

Me Maurice Buttin, président du CVPR PO



La réconciliation historique Fatah - Hamas



Le printemps arabe et le changement de la politique extérieure égyptienne auront eu comme conséquence heureuse, la rencontre, à Damas le 3 mai 2011, de Mahmoud Abbas et du chef du Hamas en exil. Mais les réactions occidentales, une fois de plus, auront justifié la colère de bien des arabes, humiliés par les exigences imposées au Hamas et le silence devant le comportement d’Israël.

3 mai 2011 : un face à face historique

Le 27 avril 2011, après quatre années d’opposition, voire de violences fratricides, et de vaines tentatives de rapprochement, les deux rivaux palestiniens faisaient état, au Caire – à l’étonnement de tous les observateurs et chancelleries – de leur accord, sous l’égide de l’Egypte, pour former un gouvernement de transition, composé de personnalités indépendantes ou de technocrates, en vue d’élection présidentielle et législative au même moment, d’ici une année. Et, dans un communiqué publié le 30 avril, à Gaza, le Premier ministre du gouvernement Hamas, Ismaïl Haniyey, déclarait être « prêt à remettre (sa) démission dans le cadre de cet accord », ajoutant : « Il est très important, il faut multiplier les efforts pour mettre fin aux divisions et favoriser l’unité des Palestiniens ».

Le 3 mai, les représentant de treize factions palestiniennes paraphaient cet accord. Le lendemain, au cours d’une cérémonie solennelle, en présence du Secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, du coordinateur spécial de l‘ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, et, au grand dam d’Israël, de 3 députés arabes israéliens, le président Mahmoud Abbas et le chef du Hamas en exil à Damas, Khaled Mechaal, se retrouvaient face à face, pour la première fois depuis juin 2007 et la prise de pouvoir du Hamas à Gaza.

Euphorique, le président Abbas s’écriait : « Nous annonçons que nous tournons pour l’éternité la page noire de la division » ! De son côté, Khaled Mechaal affirmait : « Notre seul combat est contre Israël (…). Le temps de la division est résolue (…). Le Hamas participera à la lutte pour l’établissement d’un Etat palestinien (…) en Cisjordanie et à Gaza, avec Jérusalem-Est comme capitale, sans renoncer au droit de retour des réfugiés ».

Comment expliquer cet accord ? Quels facteurs se sont modifiés depuis ces quatre années ?

Un fruit du printemps arabe

Incontestablement au premier chef, le « Printemps arabe ». Depuis des semaines, à l’exemple de leurs frères de Tunisie ou d’Egypte, les jeunes Palestiniens - de la « Coalition du 15 mars » - tant de Cisjordanie que de Gaza, réclamaient non la « chute du régime » mais « la fin de la division », lors de rassemblements publiques. Et de grandes manifestations de joie ont souligné dans les deux parties de la Palestine ce retour à l’unité du peuple palestinien.

Ce n’est pas la seule raison.
Les deux organisations étaient à un tournant : le Fatah, et sa politique de négociations, qui demeurait sans succès face au refus de facto du Gouvernement israélien ; le Hamas, qui, même en continuant à évoquer la résistance face à Israël, cherchait à maintenir un cessez-le-feu, et à l’imposer aux autres factions de la bade de Gaza, notamment aux salafistes. Comment, par ailleurs, ne risquait-il pas de perdre son influence sur la population de Gaza soumise au très dur blocus israélien ?

N’oublions pas aussi, les événements qui se déroulaient alors en Syrie, un de ses alliés principaux. Politiquement, en effet, si le Hamas est allié avec le pouvoir syrien, la terrible répression frappant le peuple syrien, en particulier les sunnites, dont le Hamas est idéologiquement proche, créait un facteur le déstabilisant. Un rapprochement avec le Fatah, donc indirectement avec l’Egypte, devenait une nécessité et ne pouvait que lui être profitable.

La politique extérieure égyptienne

Cet accord est bien aussi dû au changement attendu de la politique extérieure égyptienne. Moubarak ne recherchait pas, loin de là, l’unité entre les deux frères ennemis palestiniens. Il craignait par la suite le développement en Egypte des Frères musulmans pourchassés sous son règne. Or, aujourd’hui, les Frères musulmans s‘apprêtent à participer au futur gouvernement issu des élections de septembre. La situation n’est donc plus la même. Et si les militaires encore au pouvoir ont fait savoir à Israël qu’ils ne remettraient pas en cause le traité de paix signé en 1979, ils n’en ont pas moins décidé – à la très grande joie des Gazaouis et à la fureur des Israéliens – d’ouvrir à titre permanent, à compter du 28 mai, le terminal routier de Rafah, à sa frontière avec la Bande de Gaza dont la fermeture n’était pas prévue dans le dit traité !

Autre élément, Mahmoud Abbas ne pouvait envisager de présenter la candidature de l’Etat de Palestine à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre sans qu’il y ait d’abord réconciliation avec le Hamas.

Comme il fallait s’y attendre, Israël a dénoncé cet accord comme un coup dur pour la paix. Benyamin Netanyahou est allé jusqu’à affirmer : « L’autorité palestinienne doit choisir : ou faire la paix avec Israël, ou faire la paix avec le mouvement terroriste Hamas. J’espère qu’il fera le bon choix ». « Oubliant » que quelques semaines auparavant il avait affirmé ne pas pouvoir faire sérieusement la paix avec Mahmoud Abbas, parce qu’il ne représentait pas le peuple palestinien de Gaza sous la coupe du Hamas !

Contradictions israéliennes

Des menaces ont même étaient proférées par le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman : « Nous disposons d’un vaste arsenal de mesures, telles que la suppression du statut de VIP pour Mahmoud Abbas et le Premier ministre, Salam Fayyad, ce qui ne leur permettrait plus de circuler librement en Cisjordanie ». Pour lui, il est évident que les élections à venir permettront au Hamas de prendre le contrôle de la Cisjordanie, après celui de Gaza… Le chef sortant du Shin Beth (le service de sécurité intérieur israélien) a estimé pour sa part « quasi nulles les chances d’une véritable réconciliation » !

Ces propos ont suscité de vives réactions de la part des Palestiniens « Choisir entre le Hamas et la paix est une ingérence inacceptable » a déclaré le porte parole de Mahmoud Abbas.

La Communauté internationale, de son côté, a accueilli favorablement l’accord, mais en pressant le Hamas d’accepter les principes du Quartet (Etats-Unis ; Russie ; U.E. ; ONU) exigeant la reconnaissance d’Israël, la renonciation à la violence et le respect des accords de paix.

Chacun aura, hélas, compris qu’une fois de plus les peu courageux dirigeants occidentaux n’exigent rien d’Israël. Ni l’application des résolutions de l’ONU : 181, 194 ou 242 ; ni la fin de l’occupation et la reconnaissance de Jérusalem-Est comme la capitale de l’Etat palestinien, proclamé par le Parlement palestinien (CNP) en exil, le 15 novembre 1988 en Algerie ; ni même l’arrêt des constructions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupées, comme pourtant prévu par les principes du Quartet !



La rue arabe a bougé



« La révolte du peuple égyptien est une mauvaise nouvelle pour les Israéliens ». Maurice Buttin pense que les événements qui se déroulent aujourd’hui dans l’ensemble du monde arabe auront des effets sur le conflit israélo palestinien.

Le citoyen arabe n'est plus ce qu'il était

En écrivant cet article, je ne m’éloigne pas de ma chronique habituelle sur la Palestine et sur le conflit israélo-palestinien, comme nous le verrons - n’en déplaise à André Glucksmann (Cf. Le Monde du 19 février). Au lendemain des révolutions que les peuples arabes viennent de vivre en Tunisie, puis en Egypte, puis en Lybie, le problème palestinien, cause centrale du monde arabo-musulman - et notamment celui de Jérusalem - depuis des décennies, reviendra à la une des journaux.

La « rue arabe » a bougé. La révolte a grondé. Un tremblement de terre révolutionnaire a frappé d’abord la Tunisie, puis le plus grand des pays arabes, l’Egypte. Le 14 janvier dernier, le dictateur Zine El-Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis plus de 23 ans, s’est vu contraint de fuir la Tunisie, chassé par la « révolution du Jasmin ». Moins d’un mois après, le 11 février, c’était au tour du président Hosni Moubarak, au pouvoir, lui, depuis près de 30 ans, de fuir Le Caire sous la pression de centaines de milliers de manifestants, chaque jour rassemblés sur la place Tahrir. En Lybie, le départ du dictateur Mouammar Khadafi, au pouvoir, lui, depuis plus de 40 ans a été retardé, hélas ! par une sanglante répression, dernière tentative de survie à la révolution en marche.

A court ou moyen terme, ces soulèvements populaires auront des répercussions sur l’ensemble des pays arabes du Machrek et du Maghreb : ou leurs dirigeants opteront rapidement pour un changement de politique à l’égard de leur peuple, ou leur sort sera celui de Ben Ali et consorts.

Le « monde arabe » s’est réveillé ! Révolté par l’absence de liberté depuis des lustres ; le chômage - en particulier celui des diplômés - ; la corruption au profit de ceux d’en-haut, qui ont par là accumulé à leur profit les richesses des pays ; l’humiliation quotidienne de ceux d’en-bas par les services répressifs, le citoyen arabe n’est plus ce qu’il était il y a encore quelques semaines ! Il a prouvé qu’il pouvait faire tomber des chefs d’Etat, apparemment indéboulonnables. Il a montré au monde que ce qui paraissait impossible est devenu possible !

Chrétiens et musulmans, main dans la main

Une remarque très importante, particulière à l’Egypte. C‘est main dans la main que musulmans et chrétiens ont chassé le tyran ! Nous sommes bien loin de la crainte du commencement d’une « guerre des religions » annoncée en Occident, au lendemain de la terreur voici quelques semaines dans une église de Bagdad ou dans une église d’Alexandrie, la nuit de la Saint-Sylvestre. Il faudra d’ailleurs demain retrouver les vrais commanditaires de ces massacres, qui ne seront peut-être pas ceux à qui l’on a un peu trop vite pensé…

Le « spectre des Islamistes » est pourtant revenu à la une de quasi tous les médias occidentaux - et pas seulement occidentaux -! Certes, faire tomber des dirigeants honnis est une condition nécessaire mais pas suffisante, pour voir instaurée du jour au lendemain la démocratie. Elle demandera des mois et des mois avant d’être réalité. Mais, pourquoi, immédiatement, évoquer « le syndrome du shah d’Iran » (rappelé par Bruno Frappat dans La Croix du 12/13 février), chassé de son trône en 1979, pour voir une contre-révolution triompher, quelques temps après, avec les Ayatollahs ? Pourquoi ne pas évoquer, en revanche, le renversement, au cours des dernières années du XXème siècle, de tous les dictateurs d’Amérique du Sud, les divers pays s’ouvrant à la démocratie ? Ou bien encore, pourquoi ne pas évoquer l’effondrement de l’URSS et de tous les satellites du bloc communiste, au lendemain de la « chute du mur de Berlin » ?

Demain la liberté du peuple palestinien

Et le conflit israélo-palestinien dans tout cela, me direz-vous ? Pour André Glucksmann, le fait que des centaines de milliers de manifestants n’ont conspué ni Israël, ni les Etats-Unis et n’ont pas brûlé les drapeaux de ces deux pays, est un événement marquant : « C’est en toute connaissance de cause, écrit-il, que les révolutionnaires n’ont accordé aucune priorité à ce qui est censé obséder les « masses arabes » - Glucksmann méprisant ne veut pas évoquer les peuples arabes ! - depuis un demi-siècle » (…) Est-ce à dire que le destin de la Palestine les indiffère ? Mais, là n’est plus l’obsession des obsessions, celle qui rendait compte de tous les malheurs (…)». « Aucune priorité » sans doute. Mais cela me paraît bien normal. D’abord, la chute des dictateurs - en Egypte, de Moubarak, le « grand ami » d’Israël, seul pays, chacun a pu le constater, qui l’a soutenu avant sa fuite, tellement il redoutait le changement de pouvoir au Caire ! -. Ensuite, ce sera, un jour plus ou moins proche, le retour aux réalités. « Charité bien ordonnée commence par soi-même » dit le proverbe. D’abord sa liberté, demain la liberté du peuple palestinien occupé !

La sécurité de l’environnement d’Israël reposait sur le fait que l’Egypte et Israël étaient en paix, depuis le traité de paix signé en 1979 par Anouar Al Sadate. Mais, une paix injuste : si l’Egypte voyait son territoire totalement libéré fin mars 1982, des conditions secrètes lui avaient été imposées par Israël, d’où, d’ailleurs le refus des Frères Musulmans d’accepter ce traité, l’assassinat de Sadate en octobre 1981, au cours d’un défilé militaire, et l’arrivée au pouvoir de Moubarak. Qui a su alors que l’armée égyptienne s’était vue interdite - et encore aujourd’hui - de stationner dans le Sinaï libéré ? Qui a su que le pétrole et le gaz de cette région devaient être livrés à Israël – dont, de facto, les chars et autres engins allaient les utiliser, et les utilisent toujours, contre le peuple palestinien ? Il est certain que demain, là aussi, les « choses bougeront ». Et, comment n’en serait-il pas de même pour l’occupation de la Palestine, et tout particulièrement de l’annexion de Jérusalem-Est.

La gestation du monde nouveau

La domination occidentale sur le monde est en train de changer. Sa contestation de ci de là, s’amplifie. Le problème palestinien va redevenir nécessairement, dans un avenir proche, à l’ordre du jour sur le plan mondial. L’injustice permanente à l’égard des Palestiniens depuis plus de 60 ans ; les constantes violations du droit international par Israël ; la politique des « deux poids, deux mesures » appliquée par les Occidentaux à l’égard du conflit, ne sera bientôt plus de mise. Quasi tous les diagnostics des observateurs vont dans le même sens : la révolte du peuple égyptien est une mauvaise nouvelle pour les Israéliens. Ou Israël se décide à mettre fin à l’occupation de la Palestine et à reconnaître les droits du peuple palestinien, entre autres le droit à la liberté, et à leur Etat sur les « frontières » de juin 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, ou le monde occidental finira par lui tourner le dos en portant la Palestine sur les fonds baptismaux de l’ONU.

Comme l’écrivait Alain Gresh dans Le Monde diplomatique du 23 mars 2009 : « De quoi la Palestine est-elle le nom ? ». « Au croisement de l’Orient et de l’Occident, du Sud et du Nord, la Palestine symbolise le monde ancien et la gestation du monde nouveau ».



Le printemps arabe et le conflit israélo-palestinien
Colloque organisé au Sénat par le CVPR-PO
Palais du Luxembourg, le samedi 19 novembre 2011, de 9 h à 18 h.

L'accueil des participants, inscrits avant le 17 novembre - au secrétariat du CVPR PO, 54 rue des Entrepreneurs 75015 Paris - se fera de 8 h 30 à 9 h. Une pièce d'identité sera demandée.

Allocutions de bienvenue :
Me Maurice BUTTIN. Mme la sénatrice Christiane DEMONTES. M. Hael AL FAHOUM, ambassadeur de Palestine en France.

Développement des interventions :

" Les actuelles «révolutions arabes», qu’elles participent ou non d’un processus historique majeur parvenu à maturité, peuvent-elles contribuer, à court ou moyen terme, à une solution du conflit israélo-palestinien et à une « paix réelle au Proche-Orient »?

Les cinq questions que nous avions posées, en juin dernier, en annonçant ce colloque nous paraissent encore pertinentes et appellent aujourd'hui des réponses, bien sûr encore très provisoires, mais précieuses et nuancées.

Ø si les sociétés civiles arabes sont désormais en mesure d’exprimer leur solidarité avec le peuple palestinien, non seulement plus librement mais aussi avec assez de force pour peser sur la politique de leurs gouvernements ?
Intervenants : Moncef MERZOUKI (Elu député à l'Assemblée constituante tunisienne, président du Congrès pour la République) - Ghaïss JASSER (Docteur es-lettres) - Hala KODMANI (Journaliste, spécialiste des questions internationales) - (un journaliste égyptien ?)

Ø si le peuple palestinien, en Palestine, en Israël et dans la diaspora, s’est désormais doté, pour la défense de ses droits nationaux, d’une expression politique représentative et garante de son unité ?
Intervenants : Hassan BALAWI (Conseiller au ministère palestinien des Affaires étrangères ) - Bichara KHADER (Enseignant - Directeur du Centre de recherche sur le monde arabe à l'Université catholique de Louvain, Belgique).

Ø si, au sein de la société israélienne, et de la diaspora juive dans le monde, sont désormais mieux entendues les voix, aujourd’hui minoritaires, qui osent affirmer qu’une solution fondée sur le respect du droit international peut seule garantir la sécurité d’Israël et la paix dans la région ?
Intervenante : Esther BENBASSA (Sénatrice - Chercheur et universitaire)

Ø si, en Occident comme au Proche/Moyen-Orient, les médias et les opinions publiques prennent désormais plus clairement conscience de la nature avant tout politique du conflit israélo-palestinien et de la solution qu’il exige?
Intervenant : Richard LABEVIERE (Journaliste - Licencié en 2008 de RFI pour ses positions en faveur des Palestiniens)

Ø si, au sein de la « communauté internationale », sont en train de s’établir de nouveaux rapports de forces, capables d’imposer un règlement juste et pacifique de ce conflit...
Intervenants : Monique CERISIER ben GUIGA (Ancienne sénatrice - Présidente de Français du Monde, ADFE) - Pierre LAFRANCE (Ambassadeur de France)

À partir des éléments de réponse que l’actualité leur permettra alors d’apporter à ces cinq questions, les personnalités invitées tenteront d’évaluer lucidement si les « printemps arabes » auront accru les chances du peuple palestinien d’obtenir enfin justice.

Une Table ronde permettra aux intervenants de répondre aux questions posées par les participants au colloque, par écrit, au cours de la journée.

Conclusion de la journée :
Stéphane HESSEL (Ambassadeur de France)


L'instrumentalisation des religions dans le conflit israélo-palestinien
Actes du colloque (2010) organisé au Sénat par le CVPR-PO



Le compte-rendu du colloque organisé au Sénat par le CVPR-PO est disponible aux éditions du CVPR-PO (54, rue des Entrepreneurs ; 54, rue des Entrepreneurs 75015 PARIS) 128 p. 12 euros.

Le mot « instrumentalisation » appartient au vocabulaire de la polémique politique. On instrumentalise pour attaquer ou se défendre, pour légitimer ou stigmatiser. Tout conflit, tout conflit armé en particulier, génère des « instrumentalisations » multiples : celle de la religion est sans doute l'une des plus perverses. Dans le cas du conflit israélo-palestinien, elle apparaît aujourd'hui comme l'un des obstacles majeurs à la recherche d'une solution politique, fondée sur les principes du droit international.

Au cours d'un colloque, à l'invitation du CVPR-PO, historiens, juristes, politologues et personnalités politiques se sont efforcés d'analyser pourquoi, depuis 60 années que dure ce conflit, l'instrumentalisation de la religion en a progressivement occulté la nature politique et comment elle a peu à peu modifié les représentations que s'en font, non seulement les Israéliens et les Palestiniens eux-mêmes, mais aussi, qu'ils soient chrétiens, juifs, musulmans ou d'autres convictions, tous ceux qui, dans le monde, aspirent à la paix.

Mieux comprendre comment fonctionne l'instrumentalisation de la religion, voire de la laïcité, dans ce conflit, peut-il contribuer à faire prévaloir à la fois la lucidité critique et le respect du droit international ? A cette question ont tenté de répondre la table ronde à la fin du colloque et les conclusions tirées par Pierre Lafrance, vice-président du CVPT-PO.



15 Mai 1948 - 15 mai 2010 :
la NAKBA, 62 ans déjà !



Les Palestiniens ont commémoré le 15 mai dernier, partout dans le monde arabe,
par une minute de silence et l'arrêt total de la circulation,
le désastre inhumain causé par les Israéliens à leur encontre,
depuis 62 ans et la création de leur Etat.

Le partage en deux états

De 1924 jusqu'au 14 mai 1948, la Palestine était restée sous mandat britannique, comme, le Liban et la Syrie l'avaient été sous mandat de la France. A la différence des deux autres Etats, toutefois, la Palestine ne devait pas obtenir son indépendance! Le 29 novembre 1947, en effet, l'Assemblée générale des Nations Unies avait décidé de la partager en deux Etats: l'un juif, bénéficiant de 55 % du territoire - ils en possédaient jusque-là 6% - ! l'autre arabe, de 43% ; une enclave internationale étant prévue pour les lieux saints de Jérusalem et de Bethléem.

Les Etats arabes ne pouvaient accepter pareille décision. Celle-ci, en effet, violait l'article 2 de la Charte des Nations Unies, quant au droit d'  autodétermination des peuples - reconnu en 2006, par exemple, pour les Monténégrins. Bien que représentant alors les 2/3 de la population, les Palestiniens n'eurent pas le droit de décider de leur sort!

David Ben Gourion proclame la création de l'Etat d'Israël, le 14 mai 1948, jour du départ du dernier soldat britannique. Il se garde bien de lui fixer des frontières! Il se doutait que les Etats arabes voisins allaient se manifester... et que, beaucoup mieux organisée et aidée - notamment par la livraison d'armes tchécoslovaques - l'armée israélienne, allait gagner un peu plus de territoire pour Israël. De fait, 23 % de plus à l'issue de la guerre 1948/49!

L'expulsion des familles palestiniennes

Sans attendre la proclamation d'Israël, l'armée secrète, la Haganah, aidée par une milice extrémiste, l'Irgoun - commandée par le futur Premier ministre Begin - se charge d'occuper la partie du pays envisagé pour l'Etat juif. Pas seulement de l'occuper, mais de le vider de ses populations ! Tantôt par la violence armée, tantôt par des massacres organisés. Ainsi, Jaffa, ville à très forte majorité arabe, située dans ce futur Etat, est attaquée par les combattants juifs le 25 avril 1948, après d'intensifs bombardements. Elle voit sa population civile, de 70 à 80.000 habitants environ, réduite à 4 ou 5.000 ! De même, autre exemple, le massacre par l'Irgoun, le 9 avril 1948, de 250 habitants - femmes, enfants, vieillards - du petit village de Deir Yassine, près de Jérusalem, fait fuir le reste de sa population et celle de localités voisines.

Pendant longtemps, la propagande israélienne évoquant la « légitime défense » du pays, contre « les Arabes voulant jeter les Juifs à la mer » - l'éternel discours encore aujourd'hui ! - laissera entendre que l'exode des populations, poursuivi en 1948/49, avait été, avant tout, le résultat de combats, les Palestiniens étant expulsés au cours des opérations militaires. L'historien israélien Ilan Pape a démontré, documents jusque-là secrets à l'appui, qu'il n'en était rien. Que l'exode palestinien fut le résultat d'une politique planifiée par David Ben Gourion lui-même. Dès avant la proclamation de l'Etat israélien d'ailleurs, de peur que les Juifs deviennent un jour minoritaires dans leur nouvel Etat. Qu'il pouvait être comparé à un « nettoyage ethnique » !

L'exode palestinien : une politique planifiée.

Rappelons quelques chiffres : plus de 500 villages rayés de la carte ! Plus de 700.000 Palestiniens chassés, expulsés, de leur pays ! Quelques uns purent revenir lors de l'adhésion d'Israël aux Nations Unies, en mai 1949. Parce que, seul Etat dans ce cas, deux conditions lui avaient été imposées : reconnaissance des résolutions 181 de novembre 1947 (partage) et 194 du 11 décembre 1948 (retour des « réfugiés » chez eux ou indemnisés). Mais ces chanceux - ou plutôt malheureux - se virent interdire le droit de retourner dans leur village, de le reconstruire. Ils sont depuis les « réfugiés de l'intérieur », souvent installés à Nazareth!

« 62 ans de massacres, 62 ans de déportation, 62 ans d'exil, 62 ans d'épreuve(...) 62 ans de résistance, 62 ans de patience, 62 ans d'attente et d'espoir dans le triomphe de la justice », m'écrit un ami, Ziad Medoukh, de Gaza.

Gaza justement, où, le 15 mai, des milliers de Palestiniens ont manifesté, unis, membres du Hamas et du Fatah côte à côte, brandissant des drapeaux palestiniens et une clé géante, symbole de leur espoir de retour.

Maurice Buttin
Président du CVPR PO



Attention pélerinages


Les voyages en Terre Sainte se multiplient chez les catholiques.
Ceux qui les préparent ont souvent les yeux fermés sur la réalité ;
ils pèchent par «fondamentalisme », oubliant le drame actuel
pour se réfugier dans le passé de l'histoire de Jésus.
Chrétiens qui entreprenez le pèlerinage en Terre Sainte, prenez garde!
Ne vous exposez pas au risque de subir les reproches que formulait Jésus :
« Ils ont des yeux pour ne pas voir ! »
Ces extraits de deux lettres de Maurice Buttin peuvent aider à voir clair.

Pour suivre les pas de Jésus

En sortant d'une église à Lyon, St Nizier, j'ai trouvé un dépliant proposant un voyage « pour suivre les pas de Jésus et s'imprégner de la Parole de Dieu sur les lieux saints  ». Après avoir pris connaissance du document, j'ai écrit au curé de la Paroisse lui tenant, entre autres, les propos suivants.

Lisant le programme, j'ai été très attristé. Les futurs pèlerins vont aller dans une Terre Sainte, - hélas ! - ensanglantée par la guerre, où un peuple palestinien vit - dans les 22% qui lui restent de sa patrie originelle - sous l'occupation d'un autre peuple, l'Israélien. Or, rien ne semble prévu pour essayer de faire prendre conscience à ces pèlerins du drame que vit le premier nommé ! De fait, une seule rencontre est envisagée, celle avec les Clarisses de Nazareth (très remarquables au demeurant). Mais a priori, aucune avec des représentants de l'Eglise melkite (je pense à mes amis, le Père Fawzi Khoury ou Mgr Elias Chakour) ; aucune avec les Dominicains de l'Ecole biblique à Jérusalem...  ; avec les représentants du mouvement oecuménique Sabeel ; avec les Soeurs de Bethléem, avec l'ancien patriarche, Mgr Sabbah, qui pourraient, les uns ou les autres, évoquer ce drame.

Pas de politique ?

Vous me répondrez... «Nous ne faisons pas de politique ( ?) ; nous allons suivre les pas de Jésus ». Pas de politique ? Est-ce si exact ? Les organisateurs du pèlerinage n'envisagent-ils pas - à juste titre, par ailleurs - une visite à Yad Vashem (le mémorial de la déportation juive)? Là, ils quittent incontestablement «les pas de Jésus» tels qu'ils les envisagent.

En sortant, voici quelques jours, de l'Eglise Saint-Christophe de Javel à Paris, j'ai trouvé un dépliant invitant à un « Voyage en Israël ». Ce fut l'occasion d'une deuxième lettre adressée au responsable de cette proposition, le Père LE HOUEROU, responsable du Centre spirituel «Le Chatelard» :

« Vous êtes-vous rendu compte qu'en évoquant ainsi un 'voyage en Israël'...vous désinformez, volontairement ou non, toutes les futures personnes susceptibles de se rendre là-bas ? Et tous ceux qui n'iront pas mais qui liront votre dépliant. Je m'explique : depuis quand la vallée du Jourdain et la ville de Bethléem font elle partie de l'Etat d'Israël ? »

Reprenant ensuite les arguments de la lettre envoyée à la Paroisse St Nizier de Lyon, j'ajoutais : «Pourquoi tant d'erreur, tant de frilosité ? Un triste exemple, une fois de plus, dans notre peu courageuse Eglise de France, qui n'ose plus évoquer la Palestine et le drame vécu par ses habitants - sinon en renvoyant dos à dos les belligérants, comme si nous pouvions mettre sur le même plan l'occupé et l'occupant !»

J'emprunte à la première de ces deux lettres ces quelques lignes que je livre en conclusion aux lecteurs de «La Maison Islamochrétienne » : « N'entendons-nous pas dans nos homélies... 'Le Christ nous a été enlevé et, en même temps, il est là, présent au milieu de nous, comme il nous l'a promis'. Croyez-vous, oui ou non, en effet, que Jésus est toujours parmi nous jusqu'à la fin des temps?»

Alors, « suivre les pas de Jésus en Terre Sainte », n'est pas, tel que je le crois, se contenter de remonter à l'an 30 et à l'occupation de l'armée romaine, mais «suivre ses pas» en 2010 et sous l'occupation de l'armée israélienne.


Le rapport Goldstone


Le Conseil des Droits de l'Homme avait approuvé le rapport dénonçant les crimes de guerre à Gaza, il y a un an; et pourtant...

L'opération «Plomb durci»

Chacun a en mémoire les terribles dégâts, humains et matériels, causés par l'armée israélienne, voici moins d'une année, dans son offensive aérienne et terrestre contre la Bande de Gaza. L'opération « plomb durci », ou cas typique de « légitime défense » de ce pauvre peuple israélien, victime depuis huit années des « terribles » roquettes lancées par le Hamas. Une fois de plus, les dirigeants israéliens, tous partis confondus, « oubliant » le drame vécu par le peuple palestinien occupé depuis plus de quarante ans, ont crié à la victimisation de l'Etat d'Israël ! On croit rêver !

La mission d'enquête menée par le juge Richard Goldstone a remis « les pendules à l'heure ». Ses conclusions sont formelles : l'armée israélienne pourrait être responsable de « crimes de guerre », voire de « crimes contre l'humanité  ». La mission a constaté que cette armée avait bien mis en oeuvre une doctrine militaire israélienne qui implique « l'usage d'une force disproportionnée et suscitant de gros dégâts et des destructions de biens et d'infrastructures civiles et des souffrances chez les populations civiles ».

Souvenons-nous : plus de 1.400 morts et de 5.000 blessés, en majorité civils, dont de très nombreux enfants, en 21 jours de guerre.

Réactions israéliennes

Le rapport a aussi mis en cause, les « groupes armés palestiniens » responsables de la mort de 3 civils israéliens, en violation du droit international humanitaire. Pour le ministre israélien de l'Intérieur, ce rapport n'est qu'une « farce diplomatique ». Pour le ministre de la Défense, Ehud Barak et le chef d'état-major de l'armée, ce ne sont que mensonges, « l'armée israélienne étant l'une des plus exemplaire au monde, sinon la plus exemplaire ». Dès lors, le juge sud-africain Goldstone, bien que, par ailleurs, juif sioniste convaincu, est traité de moins que rien en Israël. Personne pourtant ne l'avait attaqué sur sa crédibilité et son honnêteté, lorsqu'il était juge du Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie.

Le rapport Goldstone a été adopté par le Conseil des Droits de l'Homme siégeant à Genève, et le 5 novembre par l'Assemblée Générale des Nations Unie. Notre pays, hélas, n'a pas participé au premier vote et s'est abstenu - courageusement ! - lors du second vote. Attitude peu compréhensible, notamment par rapport à la position de la présidence suédoise de l'Union Européenne, qui avait évoqué « un rapport sérieux, dont l'U.E. était déterminée à prendre en compte, ainsi qu'à ses recommandations ». MM. Sarkozy et Brown ont prié Israël de mettre sur pied - comme demandé par le rapport Goldstone - « une enquête indépendante et transparente sur les événements de Gaza... dont les résultats seraient partagés avec nous » (?) Qu'est-ce à dire ce « avec nous » ? En-dehors du cadre des Nations Unies ? Quoi qu'il en soit, malgré le beau discours prononcé à la Knesset par Nicolas Sarkozy en juillet 2008, sur les conditions du règlement pacifique du conflit israélo-palestinien, la politique française du perpétuel refus craintif de s'opposer à Israël , est toujours à l'ordre du jour.

Réactions françaises

Mais, le comble au sujet du rapport Goldstone a été incontestablement les propos tenus par l'ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot. Monsieur l'ambassadeur « a du mal à croire que des soldats israéliens aient pu tuer délibérément des civils palestiniens » et d'ajouter, concernant l'accusation de crimes de guerre que : « Nous savons tous comment l'armée israélienne opère à Gaza. Nous savons tous que ce n'est pas le cas » !

Triste déclaration d'un homme qui vit dans son ambassade, ne s'est certainement pas informé auprès de son collègue à Jérusalem-Est, et encore moins n'a mis les pieds dans la Bande de Gaza pendant le déroulement de l'opération « plomb durci »... Plomb dans l'aile, finalement, car la volonté d'écraser, une fois pour toute, l'infâme, le mouvement terroriste par excellence, le Hamas (Le Mouvement islamique de résistance) a fait chou blanc. En revanche, la « prison à ciel ouvert » est plus que jamais une réalité pour les malheureux gazawis.

Me Maurice Buttin Président du CVPR PO




Le séjour politique de Benoît XVI en Terre-Sainte



Maurice Buttin analyse essentiellement la dimension politique du voyage du Saint-Père en Israël et en Palestine, après ses trois journées en Jordanie, même si - il tient à le souligner - ce séjour était avant tout religieux : un pèlerinage et une visite pastorale aux chrétiens de Terre sainte.

Hommage aux victimes juives

Dès son arrivée à Tel Aviv, Benoît XVI, accueilli en chef d'Etat par le président Shimon Peres et le premier ministre Benyamin Netanyahou, a tenu à condamner fermement l'antisémitisme qui «continue de relever son visage répugnant dans de nombreuses parties du monde, ce qui est totalement inacceptable ». Et il a réaffirmé que l'Eglise se trouvera toujours aux côtés du peuple juif pour combattre ce fléau. L'après-midi, au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, il a rendu hommage à la mémoire des millions de juifs disparus dans la Shoah et il a, en outre, rejeté tout négationnisme - en allusion à l'affaire Williamson.

Pas de paix sans justice

A propos du conflit Israélo-palestinien, évoqué d'emblée à l'aéroport et repris lors de sa visite de courtoise au président Shimon Peres, Benoît XVI a appelé les dirigeants israéliens, pour le moins surpris, à l'urgence d'un processus de paix. Il a certes évoqué la «sécurité », l'obsession quotidienne des Israéliens, mais il a bien précisé que l'on ne l'obtient qu'en assurant la justice, qui est à la base de la paix. Ainsi, se présentant en « pèlerin de la paix », il a demandé la poursuite de négociations pour la recherche d'une juste solution de façon « que les deux peuples puissent vivre en paix dans leur pays respectif à l'intérieur de frontières sûres et internationalement reconnues », ce d'ailleurs en conformité avec la politique traditionnelle du Vatican soutenant la création d'un Etat palestinien.

Pour sa première journée en Israël, Benoît XVI a tenu incontestablement à garder une position équilibrée. Il ne voulait pas que son séjour puisse être interprété comme un soutien à la politique du nouveau gouvernement israélien, de droite et d'extrême droite, dirigé par B. Netanyahou.

Après Israël, la Palestine.

Le pape s'est rendu à Bethléem, où il a été accueilli sur l'esplanade du palais présidentiel par Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne. Avant d'y arriver, il a dû franchir le sinistre mur entourant la ville, construit par les Israéliens. Autorisé à passer près le tombeau de Rachel - route interdite aux Palestiniens - il a pu constater les trois immenses portes blindées, ouvertes ou fermées selon le bon désir de l'occupant. Aux alentours, il a pu voir toutes les maisons dont les habitants ont été chassés, et il a mieux compris le désespoir du peuple palestinien. Il a dès lors trouvé des mots très forts, prononcés au camp de réfugiés d'Aïda, pour dénoncer cette «tragique» construction: « S'élevant au-dessus de nous, qui sommes rassemblés ici cet après-midi, nous domine le mur, rappel incontournable de l'impasse où les relations entre Israéliens et Palestiniens semblent avoir abouti. Dans un monde où les frontières sont de plus en plus ouvertes (...) il est tragique de voir des murs continuer à être dressés. »

Comme l'ont souligné de nombreux observateurs, rarement Benoît XVI a été aussi politique dans ses interventions. Avec beaucoup d'énergie dans ses propos, au déplaisir d'Israël, il est venu assurer le peuple palestinien du soutien du Saint-Siège. Ainsi a-t-il déclaré, dès son arrivée à Bethléem, aux dirigeants palestiniens qui l'accueillaient: «Je sais combien vous avez souffert et continuez de souffrir à cause des troubles qui affligent cette terre depuis des décennies(...). Cet après-midi, je me rendrai au camp de réfugiés d'Aïda, afin de manifester ma solidarité avec les gens qui ont tant perdu (...). Le Saint-Siège soutient le droit de votre peuple à une patrie palestinienne souveraine sur la terre de ses ancêtres, s ûre et en paix avec ses voisins, à l'intérieur de frontières reconnues au niveau international. Même si, à l'heure actuelle cet objectif semble loin d'être atteint, je vous encourage fermement, vous et votre peuple, à garder vivante la flamme de l'espérance...».

Avec ceux qui ont tant perdu

En quittant Bethléem Benoît XVI a ajouté  : « Mon souhait le plus sincère pour vous, peuple de Palestine, est que cela arrivera bientôt por vous permettre de jouir de la paix, de la liberté et de la stabilié dont vous avez été privés depuis si longtemps ». Certains amis de la Palestine ont reproché au Pape de ne pas avoir utilisé les termes «occupation», « territoires occupés ». Sans doute pour ne pas heurter la sensibilité des Israéliens. Mais n'a-t-il pas dit la même chose en évoquant : « la liberté... dont vous avez été privé depuis si longtemps»?

Dans son homélie, lors de la messe pontificale, place de la Mangeoire, devant la basilique de la Nativité, il avait réitéré son soutien au peuple palestinien, priant notamment pour que le blocus imposé aux Gazaouis depuis 2007 soit bientôt levé. Occasion lui était d'ailleurs donnée d'exprimer sa « profonde compassion » aux victimes de l'offensive israélienne de décembre dernier (le lecteur se souvient : 1440 morts ; plus de 5.000 blessés en 21 jours!), offensive qu'il avait alors critiquée.

Dépasser la peur et la défiance

Pour autant, les discours de Benoît XVI sont, là-aussi, restés équilibrés. Lors de sa rencontre avec Mahmoud Abbas, il a rappelé «  les sérieuses inquiétudes concernant la sécurité d'Israël » et il n'a pas hésité à exhorter les jeunes « à ne pas se livrer à la violence ou au terrorisme ». Ainsi, au camp d'Aïda, il a affirmé: « De part et d'autre du mur, un grand courage est nécessaire pour dépasser la peur et la défiance, pour résister au désir de se venger des pertes et des torts subis. Il faut de la magnanimité pour rechercher la réconciliation après des années d'affrontement. Pourtant l'histoire a montré que la paix ne peut advenir que lorsque les parties en conflit sont désireuses d'aller au delà de leurs griefs et de travailler ensemble pour des buts communs, prenant chacun au sérieux les inquiétudes et les peurs de l'autre».

De son côté, le Président palestinien avait lancé, du camp de Aïda, un « message de paix » aux Israéliens leur demandant de renoncer à l'occupation, à la colonisation, aux arrestations et aux humiliations des Palestiniens. Il avait condamné le mur de l'apartheid - qui s'étend sur plus de 650 km, (construit en grande partie sur le territoire palestinien, y compris coupant Jérusalem-Est ). A son départ de la ville de la Nativité, Benoît XVI lui a répondu: «... J'ai vu le mur qui fait intrusion dans vos territoires, séparant des voisins et divisant des familles. Les murs peuvent être facilement construits, mais nous savons qu'ils ne subsisteront pas toujours. Ils peuvent être abattus...». Sans doute Benoît XVI pensait-il au 20ème anniversaire, dans quelques mois, de la chute du mur de Berlin, en concluant sur cette dernière parole, très forte ?

Je dois noter le regret de la petite communauté chrétienne de Gaza: «Pourquoi le pape n'y vient-il pas ? C'est aussi la Terre sainte. Il aurait été le bienvenu. Chrétiens et musulmans l'auraient bien reçu en toute sécurité.(...) Il fallait qu'il voie par lui-même ce que nous vivons ici, chrétiens et musulmans, ce que nous avons subi pendant ces vingt jours de guerre, à quel point nous sommes étranglés par le blocus imposé par Israël ». (propos rapportés par le journal La Croix du 12 mai 2009).

Le cercle vicieux de la violence

Lors de la cérémonie de congé à l'aéroport de Tel Aviv, Benoît XVI lancera un « appel à tous les peuples de ces terres: Plus d'effusion de sang ! Plus de combats ! Plus de terrorisme ! Plus de guerre ! Brisons plutôt le cercle vicieux de la violence. Que s'établisse ici une paix durable basée sur la justice, que s'établissent une réconciliation et une guérison véritable. (...) Que la solution de deux Etats devienne une réalité et ne reste pas un rêve...». Mais il ajoutera aussi : «Une des plus tristes images au cours de ma visite sur ces terres fut le mur!»

Il faut relever que, comme par hasard, les médias occidentaux ont relevé ce qu'ils ont appelé cette « condamnation du terrorisme » par le Pape. Pourquoi n'ont-ils pas évoqué aussi cette « condamnation de la guerre »   que mène Israël depuis plus de soixante années contre le peuple palestinien?

Pendant tout son séjour en Terre sainte, le Pape Benoît XVI n'a cessé de prier pour la paix. « Les prières du pape sont-elles suffisantes pour ramener la paix ? » s'interroge l'hebdomadaire marocain TELQUEL, dans son numéro du 16 au 22 mai. Pour ma part, bien que croyant très fortement à l'action incontestable de la prière dans toute activité humaine, j'en doute. Tant qu'Israël n'aura pas renoncé à son idéologie et à sa Charte sionistes, qui datent aujourd'hui de plus d'un siècle, il n'y aura pas la paix en Terre sainte.




Chrétiens et musulmans au coude à coude



Maurice Buttin a eu connaissance de ce reportage signé MG.
Il est diffusé par «The international solidarity movment»,
une ONG regroupant des Palestiniens refusant la violence.

Le Sheik Hussein, le grand Imam de Rafah, m'emmène aujourd'hui à Gaza rencontrer le Père Manuel Mussalam, le curé de la paroisse de Gaza où vivent 3.500 Palestiniens catholiques. Le père Manuel Mussalam est un Palestinien de 70 ans, né à Birzeit, qui est arrivé à Gaza en 1995. Il est très respecté par les Musulmans de Gaza et en particulier par les dirigeants du Hamas, car il se considère comme un homme de Dieu, mais aussi comme un Palestinien ; il aide tous les habitants, chrétiens et musulmans. Ses prêches du dimanche sont également très virulents contre l'occupation et les exactions des Israéliens.

Avant de prendre la route pour Gaza ville, nous allons chercher le sage de Rafah, Monsieur Ahmed As-Souffi, qui est une sorte de médiateur dans chacun des conflits internes.

A Gaza, nous nous rendons d'abord au Ministère de la Culture où nous sommes attendus par le docteur Attala Abu Siba, le Ministre de la Culture du gouvernement élu du Hamas, qui nous accompagnera dans l'une des Ecoles Catholiques de Gaza où se trouve le bureau du Père Manuel Mussalam. Sur le mur à l'extérieur du Ministère de la Culture, on peut lire une énorme inscription : « Au revoir Monsieur Bush, nous ne vous regretterons pas. » Avant de partir, le Dr Attala Abu Siba, dit Abu Alaa, m'explique son admiration pour le Père Manuel Mussalam et me raconte comment à Noël dernier, celui-ci a refusé de se rendre à Bethléem en précisant : « J'ai refusé d'y aller en raison du blocus. Je serai le dernier à quitter Gaza. »

Abu Alaa ajoute : « Son sermon de dimanche dernier était extraordinaire et j'ai demandé à Ismail Hannieh de lui proposer un poste dans le gouvernement. » A notre arrivée, deux représentants du Fatah se joignent à notre rencontre. Même si au niveau des dirigeants politiques, il existe toujours des divergences importantes, les Palestiniens de Gaza de toutes tendances partagent les mêmes souffrances de la vie sous le siège et s'entraident. Le Père Manuel Mussalam commence par expliquer qu'il a sous sa responsabilité 2 écoles dans la Bande de Gaza dont l'une accueille 1.150 élèves, dont seulement 140 sont chrétiens. « Les autres sont musulmans » dit-il, en ajoutant : « Je refuse de n'être le prêtre que des Chrétiens. Nous sommes tous le peuple de Palestine et nous avons les mêmes droits que tous les autres peuples. » Il m'explique que les communautés chrétiennes et musulmanes vivent en harmonie dans la Bande de Gaza.

En riant, il raconte : « L'autre jour, quelqu'un m'a demandé si j'avais peur du Hamas et je lui ai répondu que c'est le Hamas qui devrait avoir peur de moi car j'ai des enfants Musulmans dans mes écoles. » Plus sérieusement, il ajoute : « Le Hamas est le peuple de Palestine. Le Hamas, ce sont des femmes, des enfants, des hommes et nous parlons tous de la même chose : la libération de la Palestine. Les Chrétiens, ici, ne souffrent pas à cause des Musulmans mais ils souffrent aux côtés des Musulmans. Les Chrétiens et les Musulmans ont combattu ensemble pendant cette guerre et les soldats sionistes ont tué aussi bien des Chrétiens que des Musulmans. Ma maison, qui se trouve dans le quartier Al Zeitoun, a été touchée pendant la guerre. Pendant cette guerre, j'ai ouvert mon école à tous : qu'ils soient musulmans ou chrétiens. J'ai offert un abri à tous. Nous n'avions pas d'eau, pas d'électricité. Cela a duré 3 semaines.

Dans notre religion catholique, nous devons aider les pauvres et les opprimés. Vous, les Chrétiens d'Europe, vous devez soutenir et aider les Palestiniens. Vous êtes compatissants vis-à-vis des Juifs suite à la Shoah et vous les laissez faire parce que vous vous sentez coupables. Mais le problème est qu'en 1948, vos gouvernements occidentaux ont décidé d'offrir en compensation un pays aux Juifs, contre l'avis des Palestiniens et du monde arabe, et vous avez soutenu l'expulsion forcée des Palestiniens, et aujourd'hui vous continuez à soutenir les Israéliens. Vous devez arrêter de les soutenir. Avec les roquettes, les Israéliens ont perdu 1% de leur sécurité mais depuis 1948, les Palestiniens ont perdu 100% de leur sécurité. Ce sont les Palestiniens qui sont les opprimés et notre religion catholique nous enseigne de les aider. Vous les Français, vous avez combattu l'occupation allemande et vous avez refusé de devenir les esclaves des Allemands. Notre lutte n'est pas différente. Nous refusons de devenir les esclaves des Israéliens.

Oui, la Paix est encore possible mais pas SANS JUSTICE. Toutes les frontières doivent être ouvertes, les habitants de Gaza doivent être libres de leur mouvement et d'aller se faire soigner à l'extérieur. Et maintenant, combien allons-nous être obligés d'ouvrir d'hôpitaux pour handicapés ? Avec cette guerre, nous aurons plus de 6.000 personnes handicapées, que comptez-vous faire ? Votre devise en France est Liberté, Egalité, Fraternité. Pourquoi cela n'est-il pas valable pour nous, les Palestiniens ? Nous ne sommes pas dangereux, nous n'avons pas de bombes nucléaires, nous n'avons pas d'armée, nous n'avons pas de F16, d'hélicoptères Apache, de tanks. Nous n'avons que des armes rudimentaires pour défendre notre terre.


Retour de Palestine



Si la terre promise à Abraham est un lieu de paix,
le chemin à parcourir pour y arriver est encore long,
si l'on en croit les réactions que Maurice BUTTIN rapporte de son voyage.

Un voyage d'information

Composé d'anciens parlementaires, d'universitaires et d'acteurs de le vie civile, dont moi-même, un groupe de membres de l'association «  Pour Jérusalem » vient d'effectuer un séjour d'une semaine - du 10 au 16 novembre 2008 - en Israël et Palestine.

Ce voyage d'information avait pour but de rencontrer des dirigeants et personnalités israéliennes, palestiniennes et autres, afin de mieux se rendre compte de la situation actuelle du conflit, de constater de visu, sur le terrain, le drame vécu par le peuple palestinien, victime d'une occupation de plus de 40 années, de plus en plus implacable, et d'apporter notre solidarité à ce peuple souffrant.

Du côté israélien : nous n'avons pu entrer en contact avec aucun membre de la Knesset (Parlement) en raison de sa dissolution. De même, nous n'avons pu rencontrer le nouveau Maire de Jérusalem, élu la veille, mais un fonctionnaire de la municipalité. « Le nouveau maire, Nir Barkat, est un laïc, nous a-t-il dit, mais heureusement les ultra-orthodoxes sont majoritaires au Conseil». Les Palestiniens de la ville n'ont quasi pas voté. Ils répondaient ainsi aux appels de boycottage des urnes en signe de protestation contre l'occupation totale et l'agrandissement de Jérusalem, malgré les décisions plusieurs fois renouvelées des Nations Unies depuis 1967. L'élection d'un laïc n'améliore pas pour autant la situation des Palestiniens : il a immédiatement fait savoir qu'il comptait poursuivre la colonisation dans le secteur Est de la ville et rattacher l'immense colonie de Maale Adumin à Jérusalem - ce qui couperait la Cisjordanie en deux !

De nombreuses rencontres palestiniennes

Du côté palestinien : les rencontres, en revanche, ont été nombreuses, tant à Bethléem, qu'à Ramallah ou Khalil (Hébron), voire à Jérusalem (camp de réfugiés de Shufat). De même d'autres rencontres avec des personnalités, telles que le nouveau patriarche latin de Terre sainte, Mgr Fouad Twad, le journaliste Charles Enderlin, le consul général de France, Alain Rémy, le père dominicain J.B. Humbert, des représentants de l'UNRWA et de l'OCHA - Bureau de coordination des affaires humanitaires -, Michel Warchavski, le très courageux opposant israélien, etc.

Des dires des uns et des autres, il est incontestable que les initiatives de paix qui se sont succédé : proclamation voici 20 ans de l'Etat de Palestine, le 15 novembre 1988, en Alger, par le Conseil National palestinien (CNP) - le parlement de l'OLP en exil - sur 22 % seulement du mandat britannique, reconnaissant de facto l'Etat d'Israël ; celles des Etats arabes en 2002, renouvelées en 2007 ; le Quartette et sa feuille de route - pour moi une « feuille de vigne» - cachant le développement par Israël de nouvelles colonies, de routes à l'usage des seuls habitants juifs occupant la Cisjordanie, une répression accrue, des entraves à la circulation des palestiniens, etc. ; les accords d'Annapolis, qui devaient voir la paix instaurée avant la fin 2008 - sinistre plaisanterie étatsunio- européo, israélienne - n'ont strictement rien donné, par le refus permanent d'Israël de reconnaître l'Etat de Palestine précité avec Jérusalem-est comme capitale.

Comme nous le disait Mgr Twal : « En fait, Israël reste uni par la peur, tant que dure le conflit. C'est un Etat fort, qui ne craint pas la guerre, mais la paix. Il enferme les Palestiniens par des murs. Il s'enferme lui-même par des murs dans son coeur. Il a tort de ne pas faire la paix avec Mahmoud Abbas, qui est un dirigeant modéré presque jusqu'à la faiblesse. Il ne faut toutefois pas parler à Israël en ennemi, mais en ami courageux qui lui dit la vérité. J'ai reçu des Sénateurs américains qui m'ont dit d'emblée : «  Nous aimons Israël ». Très bien, leur ai-je répondu, les chrétiens doivent aimer tout le monde... Vous devriez aimer aussi un peu les autres.»

A propos du «mur de sécurité»

De ce séjour, il est certain que nous retiendrons des faits constatés, les plus intolérables les uns que les autres : le mépris quotidien des Israéliens - et notamment des jeunes militaires ou des ultra-nationalistes - à l'égard de Palestiniens, qui rappelle, il faut avoir le courage de le dire, certaine situation dont ont été victimes les Juifs, en Autriche ou en Allemagne, par les Nazis, de 1933 à 1941, avant la décision prise de les exterminer massivement. Il est certes erroné de parler de «génocide » dans le cadre du conflit israélo-palestinien, mais en revanche de « sociocide» et de « spaciocide» (ou destruction de la notion d'espace, tous les obstacles n'étant pas seulement physiques). Ce dernier terme nous était avancé par un représentant de l'OCHA, nous décrivant les check-points de plus en plus sophistiqués, les barrières sur les routes - tranchées, blocs de béton, talus de pierre et de terre -, les clôtures pour interdire leur accès, certaines routes étant réservées aux seuls Israéliens, etc. Au total, 630 barrages en Cisjordanie, plus des dizaines dans la ville d'Hébron. Ils ont augmenté de plus de 100 depuis Annapolis. Sans commentaire ! Ainsi, avant, il suffisait de 20 minutes pour gagner Ramallah de Bethléem, aujourd'hui il faut entre 1 heure et 1 heure 30 - à condition de ne pas être arrêté !

Et que dire du mur appelé de « sécurité » par Israël, « d'apartheid » par les Palestiniens ! Mur de la honte, en fait, condamné par la Cour de justice de La Haÿe et les Nations Unies. Mur qui aurait dû s'étendre sur un peu plus de 300 km s'il avait été construit sur la « ligne verte » - dite «  frontière de 1967 » -. Il s'étend en réalité sur 800 km, avec 4 passages spécifiques pour le commerce et la circulation, englobant des terres agricoles prises aux Palestiniens - des milliers d'oliviers, amandiers, et autres arbres ayant été arrachés au moment de sa construction -, les sources d'eau de Cisjordanie, etc. Beaucoup nous l'ont précisé : si les attentats ont quasi disparu en Israël, ce n'est pas à cause du mur, mais en raison des trêves de facto passées entre Israël et le Hamas notamment. Ce mur entourant Jérusalem, Bethléem, et autres villes palestiniennes ; l'occupation de la Palestine qui persiste : c'est, bien sûr, la présence de l'armée israélienne partout, contrôlant les moindres faits et gestes des Palestiniens.

Les signes précurseurs d'une immense catastrophe humanitaire ?

La dramatique situation des Gazaouis a été évoquée par tous nos interlocuteurs. Le blocus imposé depuis des semaines par les Israéliens est peut-être précurseur d'une immense catastrophe humanitaire, en violation des chartes internationales exigeant la protection des populations civiles. Lors de notre séjour, les Consuls généraux de France et de 6 ou 7 autres pays, ont voulu se rendre à Gaza pour s'informer de cette situation. Ils ont été priés par les militaires de service, sur ordre de leur gouvernement, de s'en retourner à Jérusalem. La présidence du Conseil de l'Union européenne, c'est-à-dire la France, s'est contentée de « déplorer » cette scandaleuse rebuffade. Pour une gifle en 1830, la France avait occupé l'Algérie...

Le grave différend entre l'autorité palestinienne et le Hamas a aussi été évoqué, bien sûr, par de nombreux interlocuteurs. Et le 11 novembre, jour du 4ème anniversaire de la mort de Yasser Arafat, symbole de l'unité du peuple palestinien, nous avons pu, présents à la Mouquataa, à Ramallah, entendre le président Mahmoud Abbas évoquer cette unité, tout en critiquant vertement les islamistes du Hamas ayant pris le pouvoir à Gaza...

Que dire pour conclure ? Malgré la dramatique situation dans laquelle se débat le peuple palestinien occupé, ses 11000 prisonniers, la répression quotidienne, tous nos interlocuteurs nous ont parlé avec calme et sérénité, l'espoir chevillé au corps, semble-t-il, d'un triomphe de leur cause dans un avenir plus ou moins proche !

C'était mon dixième séjour en Palestine depuis trente ans. Aux Juifs qui évoquent encore, le fameux couplet « Les Arabes veulent nous mettre à la mer ! », je dirai simplement : «Depuis mon premier voyage, j'ai pu constater combien les Arabes palestiniens, chrétiens et musulmans, étaient chaque année un peu plus rejetés au désert » !

Paris le 12 décembre 2008.
Maurice Buttin, président du CVPR PO.



Mahmoud Darwich n'est plus



Le grand poète palestinien, chantre de la cause de son peuple,
est décédé le 9 août dernier aux Etats-Unis.
Agé de 67 ans, il est mort des suites d'une opération à coeur ouvert.

Transformer les mots en armes

Fils de propriétaires terriens, né en Galilée, alors sous mandat britannique, Mahmoud, comme tout le monde l'appelait, n'avait que 7 ans lorsque, en 1948, il dut s'exiler au Liban avec sa famille, chassée par les forces israéliennes - comme une grande partie des Palestiniens. Revenant deux années après avec les siens et quelques milliers de ses frères, il ne put que constater l'anéantissement de son village - comme plus de 500 autres ! - remplacé par une colonie ! Tous ces Palestiniens devinrent alors, et ils le sont encore aujourd'hui, des « réfugiés de l'intérieur » !

Arraché à sa terre, il n'a cessé sa vie durant de chanter son amour pour elle, dans une oeuvre riche d'une vingtaine de volumes en poésies et de plusieurs livres en prose. Il a su transformer les mots en armes pour s'opposer à la situation d'injustice faite à son peuple. A 19 ans, il publie son premier recueil, « Oiseaux sans ailes ». Mais, c'est son deuxième, « Rameaux d'oliviers », qui le consacre héraut de la résistance palestinienne.
Mais, considéré comme l'un des plus grands poètes arabes de sa génération, sa poésie dépasse de beaucoup le seul conflit israélo-palestinien. C'est une véritable interrogation sur l'être humain en général , sur le sens de la vie et de la mort. « L'oeuvre de Mahmoud est une chronique permanente de la douleur palestinienne. Mais son génie est qu'il transforme cette chronique en message universel » écrit le poète Abdelatif Laabi, dans Libération (Maroc). Lui-même déclarait d'ailleurs : « je suis Palestinien, un poète palestinien, mais je n'accepte pas d'être défini uniquement comme poète de la cause palestinienne ».

Mahmoud Darwich fur en même temps un grand militant palestinien. Membre à 20 ans du Parti communiste israélien, le Rakah, il fut arrêté et emprisonné à plusieurs reprises ; il finit par s'exiler en 1971 pour s'installer, après une année d'études d'économie politique à Moscou, au Caire, puis à Beyrouth, avant de gagner Paris de 1982 à 1995. Dès 1973, il avait rejoint l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Il en est élu en 1987 membre du Conseil exécutif.

Au service de son peuple

C'est lui qui écrivit en 1974 le célèbre discours du président Yasser Arafat à la tribune de l'ONU, et, en 1988, le texte voté par le Conseil national palestinien (le Parlement en exil). Réuni en Alger, proclamant l'Etat de Palestine le 15 novembre voici bientôt vingt ans.Décision oh ! combien historique, puisque, après avoir évoqué la dramatique perte de Palestine, rappelé les résolutions onusiennes 181 (le partage), 194 (le retour des réfugiés-expulsés) et 242 (la Palestine désormais limitée à la seule partie du mandat occupée depuis juin 1967), elle reconnaissait de facto l'Etat d'Israël ! Mais, ni celui-ci - qui n'entend pas accepter d'Etat palestinien à ses côtés, malgré les beaux discours de ses dirigeants - ni ceux occidentaux, apeurés sans doute à la seule idée d'être traités d'antisémites, n'en tiendront compte...

Point à relever aussi, Mahmoud n'hésite pas à évoquer dans sa déclaration, non seulement la liberté de religion pour chacun des Palestiniens du futur Etat, mais la liberté de conscience - jamais reconnue à ce jour dans aucun Etat musulman !

En 1993, toutefois, il démissionne de l'OLP pour protester contre les « Accords d'Oslo », estimant qu'ils n'apportent pas à son peuple « une paix juste » - décision combien prémonitoire, nous pouvons le constater aujourd'hui . En 1995, Mahmoud revient malgré tout en Palestine, et s'installe à Gaza puis à Ramallah. En 1996, il est autorisé à fouler à nouveau le sol désormais israélien, afin d'assister aux obsèques de l'écrivain palestinien Emile Habibi. Intitulé « Ne t'excuse pas », son dernier recueil de poèmes a été publié en 2004 en France aux Editions Actes-Sud.

Au lendemain de la mort de Mahmoud, les autorités palestiniennes ont décrété trois jours de deuil national. Obtiendront-elles un jour d'Israël le transfert de son corps en sa terre natale ?



Contrepoint

Sur le vent, il marche. Dans le vent,
il sait qui il est. Nul toit au vent.
Ni demeure. Et le vent est une boussole
Pour le nord de l'étranger.

Il dit : Je suis de là-bas. Je suis d'ici
et je ne suis pas là-bas ni ici.
J'ai deux noms qui se rencontrent et se séparent,
deux langues, mais j'ai oublié laquelle était
celle de mes rêves.
J'ai, pour écrire, une langue au vocabulaire docile,
anglaise
et j'en ai une autre, venue des conversations du ciel
avec Jérusalem. Son timbre est argenté, mais
elle est rétive à mon imagination !

Et l'identité ? je dis.
Il répond : Autodéfense...
L'identité est fille de la naissance. Mais
elle est en fin de compte l'oeuvre de celui qui la porte, non
le legs d'un passé. Je suis le multiple... En moi,
mon dehors renouvelé... Mais
j'appartiens à l'interrogation de la victime.
N'étais-je
de là-bas, j'aurais entraîné mon coeur
à y élever la gazelle de la métonymie...
Porte donc ta terre où que tu sois...

Mahmoud Darwich
Extrait de « Comme des fleurs d'amandier ou plus loin »


Retour page "Palestine" / Retour page d'accueil